Gregori Baquet : « Je me revois encore, faisant un combat d’épée dans les rues, en guise de parade, dans l’indifférence générale, et jouer le soir devant six spectateurs. Dix ans plus tard, ça va mieux. »