Le-Dernier-Ogre-Marien tillet-c-JO-2

LE DERNIER OGRE, au 11 Gilgamesh Belleville

festival-avignon-off-selection-plusdeoffCe qu’il y a d’agaçant, mais il s’agit d’un agacement salutaire, un stimulus prompt à nous détromper, chez Marien Tillet, c’est qu’il nous titille, création après création, dans nos certitudes, acquises dès l’enfance, jusqu’à les faire vaciller et choir comme une statue de dictateur renversé. Dans ULYSSE NUIT GRAVEMENT À LA SANTÉ, il déboulonnait le mythe du héros, débusquant dans son odyssée les morceaux de non bravoure. Dans PARADOXAL, il nous faisait douter de la réalité de notre état éveillé, du moins de ce qui suit ce que nous tenons pour des rêves. Voici que dans OGRE, c’est notre place dans la chaîne alimentaire, regardée ab initio comme légitime, qu’il se plaît à détourner du droit chemin commodément tracé dans notre conscience collective.

D’un côté du récit, un ogre qui n’a rien de médiocre. Il fait même montre d’ascèse lorsqu’il s’agit d’accommoder la chair humaine. De l’autre un homme, lequel entraîne femme et fils dans un retour à la nature définitivement décidé à la vue d’un champ d’orge (et non d’ogre, quoique…) que domine la bâtisse investie. Tableau bucolique ? Pas vraiment, ce que la peinture en toile de fond, au sens propre, réalisée en live par Samuel Poncet, nous fait saisir par petites touches, prenant un tour aussi inquiétant que les mots d’un Marien Tillet mi-homme/mi-ogre. Pour ne rien gâcher, la langue est sublime, en alexandrins dans les envolées ogresques. Mention spéciale à Mathias Castagné qui s’impose, si besoin est après ses performances avec la compagnie Viva et dans ULYSSE NUIT GRAVEMENT À LA SANTÉ, comme une référence dans l’accompagnement musical au théâtre. On peut même parler d’un jeu musical, tant il parvient à tirer de sa guitare une narration qui se fond dans la principale.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF


LE DERNIER OGRE

11 gilgamesh belleville avignonÀ voir durant le FESTIVAL D’AVIGNON OFF 2019 au 11 GILGAMESH BELLEVILLE (11 boulevard Raspail) à 14h45, du 5 au 26 juillet, relâche les 10 et 17. Réservation au 04 90 89 82 63.

LE DERNIER OGRE / Compagnie Le Cri de l’Armoire / Écriture, récit et mise en scène Marien Tillet / Scénographie et live painting Samuel Poncet / Composition musicale et guitare Mathias Castagné / Création sonore et régie générale Simon Denis / Régie en alternance Pierre-Alain Vernette.


Crédit photo : JO.