antoine_laubin de facto theatre

CRÂNE, au Théâtre des Doms : entretien avec Antoine Laubin

Qu’il s’agisse de LES LANGUES PATERNELLES (présenté aux Doms en 2010), de LE RÉSERVISTE (aux Doms en 2015) ou de HEIMATEN (au IN en 2016), ses mises en scène ne sont pas passées inaperçues à Avignon. Entretien avec Antoine Laubin à propos de CRÂNE, au programme du Théâtre des Doms dans le cadre du Festival d’Avignon off 2019. (propos recueillis par Walter Géhin)

« Antoine, après Dehors et Démons me turlupinant, Crâne est votre troisième pièce adaptant des textes de Patrick Declerck. Comment expliquez-vous que votre parcours de création soit si étroitement lié à celui de Patrick Declerck ?

— Cela s’est fait par accident et par à-coups successifs. Thomas Depryck et moi avons découvert les livres de Patrick Declerck en cherchant une matière dramaturgique qui servirait d’assise à notre travail sur la désocialisation et sur les clochards. Nous avons alors rencontré Patrick. Son travail nous a donné des repères forts. C’est parce qu’il y a eu cette première étape dans le cadre de la création de Dehors que par la suite nous nous sommes intéressés à ses nouvelles publications. Lorsque nous avons lu Démons me turlupinant, nous avons pensé qu’il serait formidable de l’adapter au théâtre. Avant que la pièce ne commence véritablement, il y avait une première partie d’une quinzaine de minutes durant laquelle nous recevions un invité, différent chaque soir, qui lisait un chapitre du roman. Patrick a effectué plusieurs fois cette lecture introductive et cela s’est magnifiquement bien passé. Le souhait de créer une pièce où il serait présent s’est formé à ce moment-là. La création de Crâne vient de ce désir. Même si ce n’est pas à proprement parler un spectacle avec lui, puisqu’il n’a pas souhaité être sur scène, sa parole autobiographique est portée au plateau et il est fait de lui un personnage.

— Vous évoquiez les repères que l’œuvre de Patrick Declerck vous a donnés. Quels sont-ils ?

— Il faut revenir à 2005 et à notre désir de créer un spectacle sur la figure du clochard, désir qui ne s’est concrétisé qu’en 2012, après une longue gestation. C’est en lisant les livres de Patrick Declerck que nous avons compris que nous ne pouvions pas prendre la parole sur ce sujet autrement que de notre propre point de vue, du point de vue de personnes bien logées, bien nourries. Les balises éthiques contenues dans ses livres ont été essentielles lors de la création de Dehors, et depuis elles sont restées au cœur de notre démarche au sein de De Facto.

— La création de Crâne utilise-t-elle uniquement comme matière le roman de Patrick Declerck, ou bien l’adaptation est-elle aussi influencée par les rapports personnels que vous avez établis avec lui ?

— Il n’y a pas d’autre matière utilisée au plateau que le roman, mais le choix des extraits, leur agencement, le fait de les distribuer entre les trois acteurs, parmi les cinq présents sur scène, qui portent le récit, sont très influencés par ce que nous savons de Patrick Declerck.

— Quelle est la fonction du découpage du récit entre trois narrateurs ?

— Il s’agit de trois temps distincts : avant, pendant et après l’opération. Au-delà de la réalité des faits, ce « avant, pendant, après » permet d’incarner différemment le rapport à l’épreuve : la gestion de l’angoisse dans l’avant, la prise à bras-le-corps de l’épreuve dans le pendant, et le déplacement qui s’opère dans l’après, ce que cela implique d’être un survivant.

— Qu’a pensé Patrick Declerck de la pièce ?

— J’ai eu quelques retours de sa part, mais au final je ne sais pas trop ce qu’il en a pensé. C’est sans doute troublant de voir son intimité mise en scène, de se voir incarné par un acteur —Philippe Jeusette jouant son personnage— d’autant qu’il vit toujours avec la tumeur qui n’a pas été totalement retirée lors de l’opération. Je suppose qu’il a apprécié la pièce car il y a fait venir des proches après être venu seul. »


Lecture recommandée : « Patrick Declerck. Le bruit et la tumeur », un entretien accordé par Patrick Declerck à Philosophie Magazine.


CRÂNE

theatre des doms avignon _c_racasse studioÀ voir durant le FESTIVAL D’AVIGNON OFF 2019 au THÉÂTRE DES DOMS (1 bis rue des Escaliers Saint Anne) à 10h00, du 5 au 27 juillet, relâche les 10, 16 et 23. Réservation au 04 90 14 07 99.

CRÂNE / De Facto / Texte Patrick Declerck / Adaptation et mise en scène Antoine Laubin / Adaptation et dramaturgie Thomas Depryck / Avec Philippe Jeusette, Jérôme Nayer, Hervé Piron, Renaud Van Camp et Antoine Laubin / Scénographie Stéphane Arcas / Lumières Laurence Halloy / Costumes Alexandra Sebbag / Vidéo Julien Helgueta / Assistanat à la mise en scène Quentin Simon / Direction technique et régie Gaspard Samyn.


Crédit photo : Alice Piemme.