⌊CRITIQUE⋅OFF 2018⌋ NOUS VOIR NOUS, au 11 Gilgamesh Belleville

TRÈS DÉCEVANT.

En 2014, le texte de l’auteur canadien Guillaume Corbeil était présenté à la Manufacture d’Avignon sous le titre Cinq visages pour Camille Brunelle, admirablement mis en scène par Claude Poissant du théâtre montréalais PàP. Dans la mise en scène qu’en propose Antoine Lemaire, ce même texte, présenté avec quelques adaptations sous le titre Nous voir nous, se voit malheureusement vidé de toute sa substance dramaturgique. Est perdue de vue la fonction qu’a l’accumulation des « J’aime… », des « J’ai lu… », des « J’ai vu… », des « Là c’est moi avec… » complétés par des noms de chanteurs, groupes de musique, romans, films, pièces de théâtre, connaissances en vue et scandés par deux garçons et trois filles, laquelle devient ici une litanie ad nauseam qui tourne à vide. Lecture non pertinente du texte, et pour ne rien arranger un jeu inégal et dénué de conviction, une scénographie mal pensée (Que vient faire cette table en première partie de pièce à part gêner les acteurs à droite de la scène ? Comment se satisfaire de ce caddy « aménagé » en bar ?), et pire encore des vidéos projetées sur une palissade en dessous d’un premier écran (à la présence quant à elle nécessaire) dont le contenu est presque toujours superflu. Nous voir nous, à ne pas voir.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF


NOUS VOIR NOUS
À voir durant le FESTIVAL D’AVIGNON OFF 2018 au 11 GILGAMESH BELLEVILLE (11 boulevard Raspail) à 18h00, du 6 au 27 juillet, relâche les 11 et 18. Réservation au 04 90 89 82 63.Auteur Guillaume Corbeil © Texte édité chez Léméac éditeur / Metteur en scène Antoine Lemaire / Avec Cédric Duhem, Marie Mounier en alternance avec Marie Bourin, Charlotte Talpaert, Chloé André et Rodrigue Woittez / Musique originale Richard Guyot / Son Julien Féryn / Créateur vidéo Pierre Martin / Réalisateur vidéo Franck Renaud / Régisseur vidéo Pierre Hubert / Lumière Caroline Carliez / Costumes Alexandra Charles.

Publicités