⌊CRITIQUE⋅OFF 2018⌋ J’ABANDONNE UNE PARTIE DE MOI QUE J’ADAPTE, au Théâtre des Doms

“DU BEAU THÉÂTRE, INTELLIGENT ET HUMAIN.”

Attention, pièce importante !
En 1960, l’ethnologue Jean Rouch et le sociologue Edgar Morin tournaient le film « Chronique d’un été ». Ils filmaient des Parisiens —étudiants, employés de bureau, ouvriers, artistes, retraités…— qui étaient invités à répondre à des questions sur la vie, leur vie, abordant ainsi l’amour, le travail, la culture entre autres. Une première question était posée : « Êtes-vous heureux ? » On parla d’un cinéma-vérité, venu d’Amérique du Nord dans un contexte d’activisme politique, de décolonisation et de remise en question des modèles sociaux, dans lequel les tout récents magnétophones et caméras portatifs devaient saisir la vérité intime de la personne interrogée.

Le projet initié et mis en scène par Justine Lequette, fruit d’une écriture collective avec les quatre acteurs qu’elle dirige avec finesse (Rémi Faure, Benjamin Lichou, Jules Puibaraud, Léa Romagny, tous impeccables), ne consiste pas en une reconstitution par le menu de « Chronique d’un été ». Si l’on en retrouve ici des séquences, comme la fameuse question : « Êtes-vous heureux ? », le film de Jean Rouch et Edgar Morin est une base de réflexion à la pièce qui, d’abord enveloppée du parfum des Trente Glorieuses, nous amène jusqu’à aujourd’hui et cible le thème du travail. Une phrase prononcée dans le film de Rouch et Morin, tandis que la conversation s’est engagée sur la manière avec laquelle on peut se débrouiller quand le travail, tout en occupant la majeure partie de la journée, n’a aucun intérêt, n’est la source d’aucune satisfaction, sert de titre à la pièce et en est la phrase-clé : « J’abandonne une partie de moi que j’adapte. » La fragmentation de l’être en deux morceaux, l’un assujetti aux contingences du travail, l’autre libre de s’épanouir.

L’une des grandes réussites de la pièce, outre qu’elle lance de multiples pistes de réflexion sur des sujets primordiaux, est de ne jamais pencher vers un intellectualisme indigeste. Une connivence est immédiatement créée avec le public. Les quatre acteurs se livrent par ailleurs à quelques morceaux de bravoure tout à fait délectables. Du beau théâtre, intelligent et humain.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF


J’ABANDONNE UNE PARTIE DE MOI QUE J’ADAPTE
À voir durant le FESTIVAL D’AVIGNON OFF 2018 au THÉÂTRE DES DOMS (1 bis rue des Escaliers Saint Anne) à 19h30, du 6 au 26 juillet, relâche les 11 et 18. Réservation au 04 90 14 07 99.

Un projet initié et mis en scène par : Justine Lequette / Écriture collective / Avec : Rémi Faure, Benjamin Lichou, Jules Puibaraud, Léa Romagny / Assistant à la mise en scène : Ferdinand Despy / Création lumière : Guillaume Fromentin.

Crédit photo : Hubert Amiel.

Publicités