Je m'en vais mais l'etat demeure - 06-07-18 - Simon Gosselin-18

⌊CRITIQUE⋅OFF 2018⌋ JE M’EN VAIS MAIS L’ÉTAT DEMEURE, au Théâtre du Train Bleu

« Je m’en vais, mais l’État demeurera toujours », aurait dit Louis XIV, agonisant, aux titulaires des grandes charges de la Cour. Impermanence des hommes et permanence de la machinerie. Hugues Duchêne, auteur et metteur en scène de JE M’EN VAIS MAIS L’ÉTAT DEMEURE, ouvre la pièce avec de présidentielles visites, lunaires ou glacées selon le titulaire, à la Comédie-Française mais toujours à côté de la plaque, Français dont il a été, comme ses camarades de jeu de la compagnie Le Royal Velours, un élève-comédien.

Une introduction empreinte d’un mordant et d’une finauderie d’observation qui fleurent la bonne « jeune création », avec des velléités politiques pour poivrer la proposition. La suite, sous-titrée « année judiciaire 2017-2018 », est à l’avenant. Le sujet offre de la matière à profusion, des protagonistes en pagaille, et il en est fait un usage fouillé et manifestement mouvant. C’est touffu, foisonnant, un peu bordélique, mené tambour battant, parfois un tantinet vert au jeu et au texte, parfois brillant, souvent enthousiasmant. En somme les qualités et les petits travers d’une jeunesse qui ose prendre des risques, avec de belles aptitudes à la maîtrise.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF


JE M’EN VAIS MAIS L’ÉTAT DEMEURE
À voir durant le FESTIVAL D’AVIGNON OFF 2018 au THÉÂTRE DU TRAIN BLEU à 11h45, du 6 au 28 juillet, jours pairs. Réservation au 04 90 82 39 06.

Texte et mise en scène : Hugues Duchêne / Avec : Pénélope Avril, Vanessa Bile-Audouard, Théo Comby-Lemaître, Hugues Duchêne, Marianna Granci, Laurent Robert, Gabriel Tur / crédit photo : Simon Gosselin.

Publicités