L Avenir dure longtemps Rudy Lamboray 5

L’AVENIR DURE LONGTEMPS / m.e.s Michel Bernard

Dans la sélection contemporaine de PLUSDEOFF

Le philosophe Louis Althusser, enseignant alors à l’École normale supérieure, masse, dans l’intimité de leur appartement de la rue d’Ulm, son épouse Hélène. Il s’attarde sur la zone du cou. Il l’étrangle. Reconnu non responsable pour cause de démence, il fit l’objet de soins psychiatriques. Le juge prononça un non-lieu. Mais ce non-lieu est pour Althusser une condamnation à ne pas pouvoir s’expliquer, ce qu’il décrit comme la « pierre tombale du silence ».

L’avenir dure longtemps est le récit autobiographique écrit par Althusser cinq ans après le meurtre d’Hélène, que Michel Bernard adapte dans un seul en scène éponyme, où la pierre tombale du silence se soulève peu à peu. Ce qui s’échappe des confins du cerveau sophistiqué de Louis Althusser est effroyable, par la lucidité avec laquelle le philosophe décrit, paradoxalement, son dérèglement. Althusser a toute sa vie pratiqué son auto-analyse tout en restant impuissant face au diagnostic qu’il posait sur lui-même, comme si le meurtre d’Hélène était la suite logique, inéluctable, de son dérèglement.

Un récit âpre qui happe par la présence magnétique sur scène de Angelo Bison. L’acteur donne l’impression que ces décennies de torture mentale sont effectivement entrées en lui, et qu’il les exsude devant nous, au fil d’un thriller psychiatrique de haute volée.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF


L’AVENIR DURE LONGTEMPS / D’après L’Avenir dure longtemps de Louis Althusser / Adaptation & mise en scène : Michel Bernard / Avec : Angelo Bison / Scénographie : Thomas Delord / Création Lumière & Vidéo : Marie Kasemierczak / Musique : Christian Coppin (The Social Sanity) / Assistant mise en scène : François Saussus / Construction : Benoît Francart / Régie : Lily Danhaive.

Crédit photo : Rudy Lamboray.

Festival d’Avignon off 2017 / Théâtre des Doms / 10h30 / du 6 au 26 juillet, relâche les 12 et 19.

Publicités

2 réflexions sur “L’AVENIR DURE LONGTEMPS / m.e.s Michel Bernard

Les commentaires sont fermés.