JaiBienFait_201611tjv_59

J’AI BIEN FAIT ? / m.e.s Pauline Sales

Dans la sélection contemporaine de PLUSDEOFF 

Valentine, quarante ans, professeur de collège, encadrée d’un côté par son mari, généticien de l’ADN ancien, de l’autre par son frère, artiste, et sous les yeux d’une ancienne élève, s’effondre et sombre dans le sommeil après un dernier éclat dans lequel elle proclame avoir réuni la recherche, l’art et l’éducation. La scène, proche de la conclusion de la pièce J’AI BIEN FAIT ? écrite et mise scène par Pauline Sales, est comme une ultime esbroufe dont Valentine s’étourdit elle-même. Une sensation d’étourdissement qui pourrait être familière à bien des spectateurs, tant Pauline Sales condense, à travers ces quelques personnages, les variantes contemporaines d’un renoncement à la Oblomov.

En cela, la figure de l’ancienne élève est particulièrement intéressante. Collégienne aux aptitudes littéraires prometteuses, elle a mis de côté toute velléité en la matière et fait le ménage chez qui bon lui semble, s’abîmant (pour mieux se retrouver ?) dans les voluptueux balancements du rocking-chair maternel à ses heures perdues. Un lâcher-prise qui se place aux antipodes du renoncement aigri de Valentine, absente de son couple, de sa féminité, jusqu’à devenir inodore, incolore, insipide, et qui renonce, c’est l’incipit accrocheur de la pièce, au dernier rôle qu’elle endossait sans y croire, celui d’enseignante, en abandonnant la classe qu’elle emmenait en voyage. Quant au frère, qui a passé l’âge limite du statut, porteur, d’artiste émergent pour être placé dans la catégorie « aging artist », il voit, illusions perdues, s’éloigner le marché de l’art. Le mari pourrait apparaître comme étant le seul à maintenir un cap, persistant à être amoureux de son absente et s’appuyant sans cesse sur son savoir. Mais cette plongée constante dans le fond des âges, d’ailleurs productrice d’effets comiques par son mélange avec la trivialité du quotidien qu’il s’interrompt alors de décrire, peut aussi être perçue comme une forme d’évitement face au présent, et par extension de renoncement.

Érosion voire disparition de notre volonté et de nos idéaux dans la mollesse du confort matériel, attentats, crise migratoire, Pauline Sales n’a cure de nous ménager. Et nous interpelle : n’est-il pas toujours trop tôt pour renoncer ?

—Walter Géhin, PLUSDEOFF


J’AI BIEN FAIT ? / Texte et mise en scène : Pauline Sales (Les Solitaires Intempestifs, Éditions) / Avec
Gauthier Baillot, Olivia Chatain, Anthony Poupard, Hélène Viviès / Scénographie : Marc Lainé, Stephan Zimmerli / Son et régie : Fred Bühl / Lumière : Mickaël Pruneau / Régie lumière : Frédéric Lefèvre, Mickaël Pruneau / Costumes : Malika Maçon / Décor : Les ateliers du Préau.

Crédit photo : Le Préau CDN de Normandie – Vire.

Festival d’Avignon off 2017 / 11 Gilgamesh Belleville / salle 1 / 17h30 / du 6 au 28 juillet, relâche les 11, 18 et 25.

Publicités

Une réflexion sur “J’AI BIEN FAIT ? / m.e.s Pauline Sales

Les commentaires sont fermés.