a-democratie_c_un_pas_de_côté_Erwan_Temple

11 • Gilgamesh Belleville, programme du Festival d’Avignon 2017, premières impressions

L’an dernier, Fida Mohissen et son équipe, qui avaient terminé en beauté leur exercice à la tête du GiraSole lors de l’édition 2015 avec des pièces comme Ubu roi (mise en scène de Jérémie Le Louët), Une heure avant la mort de mon frère (m.e.s Antoine Marneur) ou encore Une chambre à soi (m.e.s Sylvie Mongin-Algan), ouvraient au 11 boulevard Raspail un nouveau lieu dédié à la création contemporaine, le Gilgamesh. Une première programmation où pointaient des intentions plus tranchées, plus acérées, sur le thème du monstre, avec notamment Médina Mérika (m.e.s Abdelwaheb Sefsaf), Yvonne (m.e.s Nicolas Dandine) ou King Kong théorie (m.e.s Emilie Charriot).

La programmation de l’édition 2017, qui comme l’annonçaient déjà des plans affichés dans le hall s’appuie sur une deuxième salle, est marquée par une extension moins matérielle, mais sans doute plus parlante quant aux orientations artistiques : une association avec un théâtre parisien qui a pris la bonne habitude d’entrer dans la production d’un théâtre contemporain de qualité (on pense notamment à Démons, m.e.s par Lorraine de Sagazan, joué à la Manufacture l’été passé), le Théâtre de Belleville, dont découle un nouveau nom, le 11 • Gilgamesh Belleville.
La pièce qui ouvre cette programmation donne le ton. Invitation à l’interrogation citoyenne, L’A-Démocratie (à 10h00, à partir de 15 ans) est un documentaire théâtral, de et par Nicolas Lambert, en trois parties aux titres explicites : Bleu / Pétrole : Elf, la pompe Afrique (lundi et vendredi), Blanc / Nucléaire : avenir radieux, une fission française (mercredi et samedi) et Rouge / Armement : le maniement des larmes (jeudi et dimanche).

Les occasions de croiser des regards féminins, de divers horizons et portés sur divers horizons, seront multiples. Trois regards féminins sur le conflit israélo-palestinien, ceux d’une professeure d’histoire juive, d’une jeune étudiante palestinienne et d’une militaire américaine, dans le seul en scène Ô-dieux (à 13h40, à partir de 15 ans) de Stefano Massini, dirigé par un habitué du festival, Kheireddine Lardjam (Page en construction, End/igné).
Autre regard féminin, celui d’une prostituée, cette fois sur le printemps arabe. Dans les yeux du ciel (à 18h35, à partir de 16 ans) de Rachid Benzine, seul en scène dirigé par Pascale Henry.
Regards de femmes encore, mais sur leur propre condition, dans Depuis l’aube (ode aux clitoris) (à 21h20, à partir de 14 ans), de et mis en scène par Pauline Ribat, qui raconte « les petites et grandes violences qu’elles subissent, leurs difficultés d’en parler, de les dénoncer. »
Un regard de femme atypique et entourée de mystère, dans Tout entière – Vivian Maïer, qui êtes-vous ? (à 15h10, à partir de 13 ans), de et mis en scène par Guillaume Poix, celui de Vivian Maïer, Américaine qui sillonna son pays en tant que gouvernante, et surtout photographe prolifique qui ne fit jamais développer ses négatifs (plus de 100000).

Il ne s’agit ici que d’un aperçu. Beckett, Pauline Sales, Valletti entre autres (voir le détail ci-dessous) complètent cette programmation jamais tiède.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF

(illustration: A-Démocratie, Nicolas Lambert / cie Un pas de côté / crédit photo : Erwan Temple)


11 • GILGAMESH BELLEVILLE (11 Boulevard Raspail), Festival d’Avignon 2017 (off) du 6 au 28 juillet 2017, relâche les 11, 18 et 25 sauf mention contraire.

 Et aussi… Et dans le trou de mon coeur le monde entier (Stanislas Cotton, m.e.s Bruno Bonjean) à 10h25, à partir de 12 ans / Prison possession (François Cervantes, m.e.s François Cervantes) à 12h25, à partir de 13 ans / Baie des anges (Serge Valletti, m.e.s Hovnatan Avédikian) à 13h45, relâche les 11 et 18 / La vie trépidante de Laura Wilson (Jean-Marie Piemme, m.e.s Jean Boillot) à 15h40, à partir de 15 ans / J’ai bien fait ? (de et m.e.s par Pauline Sales) à 17h30, à partir de 13 ans / 1336, paroles de Fralibs (Philippe Durand) à 20h10 / En attendant Godot (Beckett, m.e.s Yann-Joël Collin) à 22h10, relâche les 11 et 18 / Le NoShow (création collective, m.e.s Alexandre Fecteau) à 23h00, à partir de 14 ans, relâche le 18 // JEUNESSE Quand j’étais petit je voterai (Boris Le Roy, m.e.s Emilie Capliez) à 12h25, à partir de 8 ans. // SPECTACLE MUSICAL Un siècle (Bertrand Sinapi, m.e.s Bertrand Sinapi) à 16h50, à partir de 10 ans / Revue rouge (m.e.s Eric Lacascade) à 19h40, à partir de 12 ans.

Publicités

Une réflexion sur “11 • Gilgamesh Belleville, programme du Festival d’Avignon 2017, premières impressions

Les commentaires sont fermés.