demons_c_pauline_le_goff

DÉMONS / m.e.s Lorraine de Sagazan

♥♥♥ incontournable

« Haïr quelqu’un cordialement. » L’apparente contradiction n’en est pas une puisque cordialement signifie ici ouvertement. Le couple que forment Lucrèce et Antonin, depuis 9 ans, mérite qu’on lui dédie sa propre expression, avec une vraie contradiction. Cela pourrait être : « S’aimer dans la détestation. »

Quand Antonin pose les yeux sur Lucrèce, ce qui lui vient à l’esprit c’est : « Pourquoi ? » Il lui raconte avoir vomi en geyser sur le chemin du retour, phénomène qui redoubla en réalisant qu’il pensait à elle. Une soirée de plus à s’échanger des atrocités, une soirée de plus où elle prétend partir avant de se raviser lorsqu’il décide d’inviter les voisins de l’immeuble à une fête impromptue. Une diversion au combat peut-être, un duel devant témoins plus certainement. Paradoxe : qu’y a-t-il de plus solide qu’un couple qui subsiste tout en étant liquéfié ?

Lorraine de Sagazan adapte la pièce de Lars Norén sous un angle férocement drôle. Sa mise en scène est d’une intelligence ravageuse. Les spectateurs, devenus les voisins invités chez le couple, observent hébétés et hilares le maelstrom conjugal, suspendus aux lèvres et aux gestes des deux forcenés en se demandant jusqu’où tout cela ira. Antonin Meyer Esquerré est impressionnant de malignité et de versatilité, Lucrèce Carmignac perturbante dans sa fausse fragilité. DÉMONS est l’une des pépites du Festival.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF.com


DÉMONS / Librement inspiré de la pièce de Lars Norén (L’Arche Editeur) / Traduction Louis Charles SIRIACQ et Per NYGREN / Adaptation, conception et mise en scène Lorraine de SAGAZAN / Avec Lucrèce CARMIGNAC, Antonin MEYER ESQUERRÉ / Lumières Claire GONDREXON / Scénographie Céline DEMARS.

Festival d’Avignon OFF 2016 / La Manufacture / 19h40 / durée : 1h20 / Du 6 au 24 juillet / Relâche le 18 juillet.

Publicités