festival_avignon_off_faust_ronan_riviere

FAUST / m.e.s Ronan Rivière

⇔ mitigé

Le docteur Faust, âgé et que le bonheur fuit, s’apprête à ingérer un flacon de poison. Surgit Méphistophélès, qui promet de le servir et de lui faire connaître les plaisirs terrestres. En échange, son âme. Le pacte signé, Faust, redevenu jeune, rencontre Marguerite, qu’il désire aussitôt.

Ronan Rivière tire de Faust, comme il l’avait fait pour Le Revizor, une adaptation claire et bien écrite. Les enjeux dramatiques, qui gravitent autour du triangle Faust-Méphistophélès-Marguerite, sont esquissés rapidement, sans lourdeur. Cependant, à la différence de sa lecture du texte de Gogol, qu’il avait eu la judicieuse idée d’effectuer sous un prisme comique maîtrisé, donc avec une certaine distance, celle qu’il fait de Faust s’inscrit pleinement, trop pleinement, dans l’esprit de la pièce de Goethe. On ne sent pas cette note personnelle qui marque le début d’une prise de risque, mais plutôt un travail centré sur la condensation de la pièce et la lisibilité.

L’ensemble, s’il ne saisit pas d’étonnement et présente quelques longueurs, reste de bonne qualité par le jeu, notamment celui de Jean-Benoît Terral dans le rôle de Faust âgé. Un clair-obscur qui charmera sans doute les goûts classiques.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF.com


FAUST / De Goethe, traduit par Gérard de Nerval et adapté par Ronan Rivière / Mise en scène : Ronan Rivière assisté de Lucile Delzenne / Composition musicale : Léon Bailly / Lumière : Fantôme / Scénographie : Antoine Milian / Costumes : Elsa Fabrega / Avec : Ronan Rivière, Jean-Benoît Terral, Clémence Azincourt, Anthony Audoux, Jérôme Rodriguez, Sarah Tick / piano : Léon Bailly.

Festival d’Avignon OFF 2016 / Petit Louvre Templiers / 14h40 / durée : 1h25 / Du 7 au 30 juillet / Relâche les 12, 19, 26 juillet.

Publicités