Alain Cofino Gomez_c_Alice Piemme

Alain Cofino Gomez : « Il faut qu’un spectacle me perturbe dans mon fonctionnement habituel. »

Alain Cofino Gomez présente la programmation du Théâtre des Doms, dont il est le nouveau directeur, durant le Festival d’Avignon 2016.

Doms16_AFF_NET-____R_RacasseStudio_4PLUSDEOFF.com : « Quelles sont les lignes directrices de cette programmation ? »

Alain Cofino Gomez : « Le Théâtre des Doms a pour mission principale de présenter les formes les plus contemporaines des expressions scéniques francophones. Nous sommes très généralistes puisque nous présentons du théâtre, de la danse, du cirque, et aussi de la musique, en l’occurrence du jazz, chez nos voisins de l’AJMi, où dans JAZZ FOR KIDS les musiciens improvisent à partir de comptines pour enfants. Dans plusieurs spectacles il y a de la musique jouée en live. Notamment GOING HOME, où le personnage, qui après avoir vécu toute sa jeunesse en Allemagne en est expulsé, vit une sorte de migration à l’envers en fuyant vers l’Afrique et l’Éthiopie. De la musique live également pour accompagner le texte de Jean-Marie Piemme, J’HABITAIS UNE PETITE MAISON SANS GRÂCE, J’AIMAIS LE BOUDIN, qui est le récit autobiographique de cet auteur de notre Fédération Wallonie-Bruxelles dont la famille est partie des usines de Wallonie pour s’établir à Bruxelles, récit qui chemine à travers la culture belge et les années 50 et 60. Cette année il y a aussi un focus plus marqué sur la danse, avec deux spectacles de danse, l’un dans nos murs, HAPPY HOUR, l’autre au CDC-Les Hivernales, SÓ20. J’ai aussi introduit les arts visuels : le dessinateur William Henne va être présent en amont du Festival, habitera les Doms, pour dessiner ce qui se passe dans les coulisses, pendant que les compagnies s’installent, et fabriquer une grande fresque montrant aux spectateurs la partie invisible du théâtre. Un focus aussi à l’extérieur, sur un artiste, Patrick Corillon, et une association, Le Corridor, avec quatre spectacles regroupés sous le titre LES VIES EN SOI, et joués en alternance, deux un jour, les deux autres le suivant, cela pendant une dizaine de jours. Patrick Corillon va recevoir les spectateurs comme s’il les recevait chez lui, pour présenter des récits ayant un rapport avec la culture, l’art, le théâtre d’objets. »

PLUSDEOFF.com : « Combien de candidatures avez-vous reçues ? Comment s’est déroulée la sélection? »

Alain Cofino Gomez : « Nous avons reçu autour de 200 dossiers de candidature. Un collaborateur assiste à la majorité des spectacles en Belgique, et je vais en voir une partie lorsque c’est possible, ou nécessaire. Je consulte deux fois par an une commission composée de journalistes et de professionnels de la programmation belges. Avec ce dispositif, notre but est de sélectionner ce qui représente le mieux la Fédération Wallonie-Bruxelles, des spectacles qui ont les épaules pour affronter le Festival et une tournée. Mais vu le nombre de candidatures, il y en a beaucoup qui correspondent au cadre principal. La sélection relève aussi du subjectif. Outre la volonté de présenter des spectacles qui sont pointus, qui sont très professionnels, intervient une question de tempérament. Il faut que le spectacle m’étonne, me surprenne, me perturbe dans mon fonctionnement habituel, qu’il porte en lui quelque chose qui tient de la transgression de son propre médium, comme HAPPY HOUR qui abat la frontière entre danse et théâtre. »

PLUSDEOFF.com : « Vous évoquiez la diversité des disciplines du spectacle vivant représentées aux Doms cette année. Votre sélection s’est-elle faite avec la résolution d’imposer de la diversité au programme ? »

Alain Cofino Gomez : « Il y avait une volonté de voir et d’entendre la grande variété des expressions scéniques, une volonté d’avoir au moins un spectacle de cirque (HOM(M) sur l’Île Piot, ndlr), au moins un spectacle de musique, et au moins un spectacle qui s’adresse aux enfants. »

PLUSDEOFF.com : « En Belgique, quelle est la renommée du Festival d’Avignon, y a-t-il beaucoup de retombées positives pour les compagnies qui y participent ? »

Alain Cofino Gomez : « Le Festival d’Avignon est le plus grand festival de théâtre francophone en Europe. Pour la partie francophone de la Belgique, c’est un incontournable. D’ailleurs, lorsque l’on regarde dans son ensemble la programmation du Festival OFF, on voit que la Belgique est l’une des premières représentations étrangères. C’est la raison pour laquelle le théâtre des Doms existe et perdure dans sa mission. Les pouvoirs publics et nos tutelles en sont conscients et protègent ce travail.  »

PLUSDEOFF.com : « Le Théâtre des Doms est un théâtre permanent. Que souhaitez-vous insuffler à son activité hors Festival ?  »

Alain Cofino Gomez : « J’ai envie qu’il y ait un mélange encore plus grand entre les artistes d’ici et les artistes de là-bas. Par exemple, un projet où deux artistes avignonnais, deux artistes belges et deux artistes picards vont travailler ensemble, en allant d’abord en Picardie puis en entrant en résidence dirigée aux Doms. Je souhaite en outre aborder la question de la francophonie. Cela a commencé dès cette année, mais l’année prochaine ce projet prendra encore plus d’ampleur avec des rencontres entre des écoles d’Avignon et des écoles wallones et bruxelloises. Je tiens également à inviter l’expression francophone d’autres pays, en allant jusqu’en Afrique. Cette année nous avons accueilli une compagnie qui vient de Ouagadougou. »

PLUSDEOFF.com : « Comment envisagez-vous à titre personnel votre Festival ? Vous accorderez-vous quelques instants pour aller voir d’autres spectacles ? »

Alain Cofino Gomez : « Outre son programme durant l’année, le Théâtre des Doms participe à différents chantiers de mises en relation et de mises en réseau. Nous faisons notamment partie du Cercle de Midi (réseau de 25 lieux de diffusion du spectacle vivant en PACA et Corse, ndlr.) À ce titre nous avons pour mission de participer à la diffusion d’artistes de la région. Je me réserve donc du temps pour aller voir nos amis belges, mais aussi nos amis de la région et d’Avignon. »

—Propos recueillis par Walter Géhin, PLUSDEOFF.com


Faites votre choix : l’intégralité du programme du Théâtre des Doms durant le Festival d’Avignon OFF 2016.

Crédit photo : Alice Piemme

Publicités

2 réflexions sur “Alain Cofino Gomez : « Il faut qu’un spectacle me perturbe dans mon fonctionnement habituel. »

Les commentaires sont fermés.