o_vous_freres_humains_alain_timar_c_thomas_o_brien

Ô VOUS FRÈRES HUMAINS : la haine en ligne de fuite

Alain Timár met en scène Ô VOUS FRÈRES HUMAINS, une adaptation du livre d’Albert Cohen. La critique.

Un intérieur tapissé depuis longtemps —il manque des pans de papier— de motifs floraux. Une chaise rouge, et un homme qui tient d’une voix presque chantante des propos d’abord énigmatiques. « Je vieillis que c’est un plaisir et je mourrai bientôt. » Il s’amuse de l’agitation de ses contemporains, et se voit déjà bien tranquille dans son cercueil, sa dernière propriété, peut-être la cravate mal nouée, mais bien tranquille.

Les mots glissent vers le récit d’un incident qui survint le jour de ses dix ans. Un camelot, auquel il s’apprêtait à tendre des pièces pour des bâtons de détachant qu’il achetait surtout par amour de son prochain, le désigne à la vindicte des badauds amassés. Sa seule faute : être juif. Le garçon , qui se retire la tête chamboulée, lit alors cette inscription sur un mur : « Mort aux Juifs. » Ce récit, c’est celui qu’Albert Cohen fait de sa propre histoire.

Alain Timár trace la ligne de fuite de la haine, symbolisée par ce mur qui se déplie pour s’enfoncer dans les profondeurs de la scène. Le narrateur, devenu triple pour mieux exprimer l’universalité de son propos, entreprend d’en examiner chaque centimètre, parfois avec l’effronterie d’une danse.

Les mots d’Albert Cohen, ces combinaisons tout en rondeur d’adjectifs, de noms communs et de verbes, opposent leur musicalité à la violence du camelot et de tous ces « braves gens qui s’aimaient de détester ensemble. » Les trois comédiens, Gilbert Laumord, Issam Rachyq-Ahrad et Paul Camus, les manient avec précision et, comme pour exorciser la haine, avec une certaine exultation. Une très réussie mise en théâtre du texte fort d’Albert Cohen.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

au Théâtre des Halles à 11h00

Festival OFF d’Avignon 2015

Ô VOUS FRÈRES HUMAINS

Compagnie Alain Timár

De : Albert Cohen

Avec : Paul Camus, Issam Rachyq-Ahrad, Issam Laumord
Mise en scène et scénographie : Alain Timár

Adaptation : Danielle Paume
Musique : Catherine Maulet
Construction décor : Éric Gil

Advertisements