la_tigresse_theatre_alibi_avignon_off_c_jean_barak

LA TIGRESSE / m.e.s François Bergoin

François Bergoin met en scène la pièce LA TIGRESSE de l’auteur roumaine Gianina Carbunariu, créée pour la première fois en France. La critique.

Une tigresse, échappée d’un zoo, a été abattue tandis qu’elle semait la panique dans la ville depuis quelques heures. Un fait divers qui vaut bien que les médias s’y intéressent… Ce qui nous est présenté comme des faits est-il épargné par un biais, celui du jugement de ceux qui le rapportent ? Le public n’est-il pas par défaut sous influence ?

Avec LA TIGRESSE, François Bergoin met en scène un virulent réquisitoire contre la manipulation à laquelle se livrent certains médias d’information de masse. Les pérégrinations de la tigresse, sous la forme d’un reportage, nous sont relatées ainsi que l’information nous parvient parfois au quotidien : scénarisation des faits, montage à sensation, interview du premier badaud qui se présente… Les témoignages se succèdent, aussi insignifiants qu’absurdes. L’auteur Gianina Carbunariu fait même parler des oiseaux, ou des animaux du zoo, car si les animaux pouvaient parler, sans doute les interrogerait-on. La mise en scène joue sur l’ambiguïté de l’identité des interviewés : on ne saurait affirmer s’il s’agit de personnes manipulées par  les trois reporters, ou s’il s’agit des reporters eux-mêmes, qui se griment devant des décors de studio.

À cette critique s’ajoute une autre, plus globale, celle de notre regard collectif sur celui que l’on estime étranger à la communauté à laquelle on se raccroche. Les témoignages récoltés s’accordent tous pour dire que cette intrusion de la tigresse était une anomalie. « C’est un animal ! », répète une cocotte, expression que l’on emploie plutôt pour parler d’un homme.

Les trois comédiennes ont des âges qui s’étalent sur trois générations, soulignant le caractère répandu des opinions exprimées. Marie-Luce Bonfanti, Catherine Graziani et Candice Moracchini sont toutes trois excellentes dans un registre d’esbroufe, d’exagération, d’intoxication. Cette mise en scène de LA TIGRESSE manie avec un esprit frondeur l’absurde. Le théâtre y sort ses griffes, pour notre plus grand plaisir.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

à l’Entrepôt à 11h55

Festival OFF d’Avignon 2015

LA TIGRESSE

De : Gianina Carbunariu

Compagnie Théâtre Alibi

Avec : Marie-Luce Bonfanti, Catherine Graziani, Candice Moracchini
Mise en scène : François Bergoin
Lumière : Sylvaine Comsa
Musique : Solène Comsa
Traduction : Alexandra Lazarescou

Advertisements