LE POISSON COMBATTANT / m.e.s Fabrice Melquiot

Fabrice Melquiot met en scène un texte dont il est l’auteur. Un homme auquel sa femme vient d’apprendre leur séparation passe une dernière nuit dans la maison familiale. Au petit matin, il découvre que le poisson de sa fille, LE POISSON COMBATTANT, est mort en quittant son bocal. La critique.

Peut-on être tout à fait heureux, même dans un moment de bonheur ? Éprouver du bonheur ne s’accompagne-t-il pas toujours d’une amertume, un arrière-goût venu sinon de l’idée que la mort rôde, du moins de la décrépitude qui la précède ? D’ailleurs le bonheur peut-il vraiment être ressenti sans qu’on le compare, pour lui donner de la force, à un scénario cauchemardesque, n’est-il pas seulement relatif à autre chose versant dans le sombre ?

La quête, imaginaire, de l’homme [joué par Robert Bouvier], la recherche d’un endroit où enterrer le poisson combattant, paraît animée par ces questions. Et même à l’intérieur du scénario de son mauvais rêve provoqué, il serait étonnant que l’homme parle d’un poisson quand il parle du poisson combattant. L’interprétation qui peut être avancée est qu’il chercherait, face à l’effondrement de sa vie que provoquerait une séparation, un endroit pour mourir, ou un endroit pour faire mourir sa vie présente, et renaître dans un endroit vierge de tout souvenir.

Fabrice Melquiot dissimule dans son texte et sa mise en scène une inclination à nous laisser au bord de gouffres existentiels nés de la brèche qu’il a lui-même ouverte. LE POISSON COMBATTANT n’est pas un poisson, c’est un poison mental.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

au Théâtre Girasole à 19h15

Festival OFF d’Avignon 2015

LE POISSON COMBATTANT

Compagnie du Passage

Avec : Robert Bouvier
Metteur en scène : Fabrice Melquiot
Assistant à la mise en scène : Adrien Minder
Silhouette : Amandine Baldi

Publicités

2 réflexions sur “LE POISSON COMBATTANT / m.e.s Fabrice Melquiot

Les commentaires sont fermés.