hommes_au_bord_de_la_crise_de_nerfs_avignon_off_2015

HOMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS / m.e.s Raymond Acquaviva

Des deux tendances selon lesquelles les pièces de Feydeau sont mises en scène, la classique —suivant les traces de ce qui se faisait à l’époque de l’auteur— et la moderne —s’affranchissant des codes pour le meilleur et pour le pire— Raymond Acquaviva a opté pour la première dans HOMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS, qui réunit deux « un acte » du maître. La critique.

Une chanson, accompagnée au piano [Quentin Morant], sur les partitions de Franz Lehar, en guise d’introduction, de transition et de conclusion, de vrais meubles (et un vrai plateau de dentiste !) pour reconstituer les intérieurs, des costumes soignés : on ne peut dire que Feydeau est trahi sur la forme.

Commence HORTENSE A DIT : JE M’EN FOUS. Choix qui interpelle, ce « un acte » étant loin de ce que Feydeau a écrit de meilleur, ses péripéties ne se répondant pas avec la précision qu’on lui connaît par ailleurs. Les comédiens dirigés par Raymond Acquaviva ne s’en sortent pas si mal, même s’ils ont, pour ces rôles, un déficit d’âge patent, ceci se faisant moins sentir du côté des femmes. Avec dix ans de plus, des voix plus forgées et des traits plus marqués, ils donneraient sans doute un tout autre relief à cette première partie parfois trop sage. Il y a notamment ce passage qui part d’une louable idée. La bonne, à qui le dentiste a demandé de signer un papier, se lance dans un long tracé d’arabesques. Le spectateur s’apprête à rire, mais la bonne rend le carnet au dentiste et on passe à autre chose.

Cela va tout de suite mieux dans le deuxième « un acte », MAIS N’TE PROMÈNE DONC PAS TOUTE NUE, un Feydeau efficace dès lors que le rôle de Madame Ventroux est tenu avec feu. Marie-Camille Soyer en est une piquante interprète. Pour lui donner la réplique, Christophe Charrier est un peu tendre en M. Ventroux mais se débrouille bien dans l’emballement final, et Lucas Hénaff est un bon M. Hochepaix.

On termine donc sur une bonne note, qui fait presque oublier une première partie où la marge de progression est importante.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

au Théâtre La Luna à 22h35

Festival OFF d’Avignon 2015

HOMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS

Compagnie Raymond Acquaviva

Avec : Maxime Béhague, Christophe Charrier, Aurélie Frère, Lucas Hénaff, Marion Jadot, Jérémie Laure, Quentin Morant, Marie-Camille Soyer, Juliette Storai, Michaël Zito
Mise en scène : Raymond Acquaviva
Assistanat à la mise en scène : Florent Mousset
Régie : J-Y Perruchon

Advertisements

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s