AMOK / m.e.s Caroline Darnay

Il se murmure qu’il est un bourreau de travail : il est limpide qu’il est un bourreau de travail après avoir vu la démonstration éblouissante, inouïe d’intensité dramatique, de justesse, de force à laquelle le comédien Alexis Moncorgé se livre dans AMOK, soixante-dix minutes d’un orage insensé dans la tête du personnage qu’il incarne, un médecin parti en Malaisie et qui y contracte l’Amok, un mal invincible, par sa rencontre avec une femme mystérieuse, yeux gris et voix impérieuse.

L’adaptation au théâtre du texte de Zweig que signe Alexis Moncorgé, et le jeu qu’il en tire, sont sans faille. Le récit du médecin saisit le spectateur, le happe pour ne le relâcher qu’à la toute fin. Regard, diction, intonations, souffle, mouvements, Alexis Moncorgé possède une technicité, un savoir-faire, une âme, un coeur qu’on ne rencontre, tout ceci réuni en une seule personne, que de rares fois dans une génération de comédiens.

Retenez bien son nom, mémorisez bien son visage : Alexis Moncorgé sera sous peu courtisé par le cinéma.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

AMOK / Festival OFF d’Avignon 2016 / au Roi René à 17h50 (durée 1h15) / Adaptation, d’après Stefan Zweig : Alexis Moncorgé / Mise en scène : Caroline Darnay / Avec : Alexis Moncorgé / Scénographie : Caroline Mexme / Création lumière : Denis Koransky / Création sonore : Thomas Cordé / Chorégraphie : Nicolas Vaucher / Avec les voix de : Benjamin Nissen et Laurent Feuillebois.

À LIRE

%d blogueurs aiment cette page :