cedric_chapuis_theatre

Cédric Chapuis : « Le travail d’écriture est toujours un travail de longue haleine. »

En alternance avec son connu et reconnu UNE VIE SUR MESURE, il jouera lors du Festival OFF d’Avignon 2015 son nouveau seul en scène, AU-DESSUS DE LA MÊLÉE, dont le thème est peu commun au théâtre : le rugby.  Entretien avec Cédric Chapuis.

PLUSDEOFF.com : « Dans quel état d’esprit abordez-vous le Festival OFF d’Avignon cette année, où vous jouerez en alternance UNE VIE SUR MESURE qui a déjà beaucoup tourné, et AU-DESSUS DE LA MÊLÉE qui est une création ? »

Cédric Chapuis : « Le Festival OFF d’Avignon, c’est un peu tout à la fois : d’abord, beaucoup de joie de retrouver une telle concentration d’amateurs de théâtre, d’artistes, de spectacles variés, mais aussi l’envie de surprendre agréablement et d’être à la hauteur de l’exigence de spectateurs toujours plus aguerris.
Avec UNE VIE SUR MESURE et 23-F COTE HUBLOT, je suis heureux de pouvoir présenter à nouveau les deux spectacles les plus emblématiques de notre compagnie. Avec AU-DESSUS DE LA MÊLÉE, il y a en plus l’effervescence de la nouveauté, un trac des premières fois.  »

PLUSDEOFF.com : « Quelle part occupe l’autobiographie dans AU-DESSUS DE LA MÊLÉE ? Appartenez-vous à une famille où le rugby et le Stade Toulousain font partie de l’histoire familiale ? »

Cédric Chapuis : « Pour y avoir joué durant quinze années, de 5 à 20 ans, le rugby et ses valeurs ont largement participé à ma construction d’homme. J’ai beaucoup d’admiration pour ce sport, et à sa simple évocation je pense : courage, abnégation, humilité, solidarité, engagement, résistance, vaillance, implication, soutien, honneur, collectif, force, combat, agilité, stratégie, adresse, hardiesse, générosité, motivation, dépassement, altruisme…
Cumulant les matchs et entraînements dans le civil et en scolaire, j’ai passé toute mon adolescence à faire du Rugby cinq jours par semaine. À 15 ans, j’ai même eu la chance, avec mon club dans le civil – La Salvetat St Gilles – de connaître la consécration avec un titre de champion de France Cadet UFOLEP A. Peu de temps auparavant, mon entraîneur et professeur d’EPS au collège, pendant quatre années, était un certain Guy Novès.
J’ai trouvé au Rugby plus qu’un sport, une véritable seconde famille. J’avais à la maison des tontons, des tatas, des cousins, des parents, une sœur. Au Rugby, j’en avais d’autres : je repense aux parents assidus des petits camarades, aux mamans bénévoles qui s’occupaient des repas d’avant-match, aux entraîneurs, porteurs d’eau, et autres kinés aux éponges magiques, à tous les fervents supporters et bien sûr, aux frères de terrain.
Au-dessus de la mêlée est un hommage à tout ce que ce sport m’a offert, à la chaleur humaine que j’y ai trouvée. »

PLUSDEOFF.com : « Dans 23-F COTE HUBLOT, vous mettez en scène votre épouse Mira Simova, qui à son tour vous met en scène dans AU-DESSUS DE LA MÊLÉE. Comment parvenez-vous à conserver un regard extérieur sur le travail de l’autre ? »

Cédric Chapuis : « Un regard extérieur, c’est une sensibilité au service d’une proposition artistique. Le texte existe (même s’il se transforme et évolue au fil des répétitions), le comédien propose son interprétation de la partition, son incarnation des personnages qui prennent vie sous les yeux attentifs du regard extérieur. L’important pour un comédien, c’est la confiance qu’il accorde à son regard extérieur. Il doit être sûr de son exigence artistique, de sa franchise, de sa bienveillance et de préférence partager ses points de vue, adhérer à la pertinence de ses retours.
Pour un regard extérieur, l’enjeu est de taille, la responsabilité lourde. En endossant le rôle de metteur en scène, il valide ou non le spectacle dans sa forme finale. Il propose sans cesse des pistes de travail pour tirer le meilleur de son comédien. Il prend des risques pour lui. C’est pourquoi, au delà du fait d’être mari et femme à la ville, l’amour qui peut exister entre un comédien et son metteur en scène (au sens large), est un atout majeur pour un regard extérieur de qualité.
Et n’oublions pas que tous les comédiens se retrouvent sur un point : « Il n’y a pas de mauvais comédiens, il y a juste des comédiens mal dirigés » ; quand dans le même temps, les metteurs en scène sont unanimes : « Il n’y a pas de mauvais metteur en scène, juste des comédiens médiocres. » Les auteurs, eux, trouvent qu’on ne respecte jamais assez le texte. »

PLUSDEOFF.com : « Lorsque vous écrivez un spectacle, finalisez-vous le texte sur une période courte, ou ce travail comprend-il phases intermédiaires et réécritures qui s’étalent dans le temps ? »

Cédric Chapuis : « Le travail d’écriture est toujours un travail de longue haleine chez moi. Je m’impose une idée directrice forte, une histoire extraordinaire aussi stimulante intellectuellement qu’émotionnellement, une maîtrise de mon sujet d’écriture, une construction des personnages et des scènes très précise. Vient au final la mise en dialogue. Une fois la pièce terminée, elle évolue encore au plateau. Des scènes tombent ou sont réécrites, d’autres pointent le bout de leur nez… Les joies du spectacle vivant. Il faut parfois jusqu’à 10, 20 ou 30 représentations pour que j’estime avoir le texte définitif.  »

PLUSDEOFF.com : « De quelle manière s’organisent vos journées au OFF ? Continuez-vous à aller à la rencontre du public dans les rues par le tractage ? Assistez-vous à d’autres spectacles ? »

Cédric Chapuis : « Il y a plusieurs phases avant et pendant le OFF. D’abord, il y a l’installation dans la ville : dans ses appartements et dans le ou les théâtres dans le(s)quel(s) on s’apprête à jouer. On court partout, on dort peu, on installe des décors et des projecteurs, on met en place tout l’aspect technique des spectacles, de quoi arriver sur les rotules pour l’avant-première du festival.
La première semaine est consacrée à lancer la machine, mettre en place le tracting, encourager le bouche à oreille, aller à la rencontre du public. Suit une seconde phase, où on prend la liberté d’aller voir d’autres pièces, celles déjà encensées par la critique. On va applaudir les amis comédiens dans leur création, on cherche aussi à s’économiser pour être toujours au top pour nos représentations quotidiennes. Le soir, on décompresse aux terrasses des cafés, entre amis, on prend le temps de respirer. Le lendemain, le jour sans fin recommence de plus belle. »

PLUSDEOFF.com : « Quel est votre pronostic pour la Coupe du Monde de rugby ? Pensez-vous que le XV de France ira loin dans la compétition ? »

Cédric Chapuis : « En finale, je prédis deux de ces cinq équipes : la France, les Blacks, les Boks, les Wallabies, ou les Anglais… Vous avez vu ? Je prends des risques !
J’espère que le XV de France ira le plus loin possible, évidemment, la France a, plus que jamais, besoin de bonnes nouvelles. Quand on connaît le pouvoir fédérateur du sport, ce serait une bien belle chose. Allez les bleus ! »

 

—Propos recueillis par Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

au Théâtre du Petit Louvre Templiers  à 16h55 (jours impairs)

Festival OFF d’Avignon 2015

AU-DESSUS DE LA MÊLÉE

Compagnie Scènes Plurielles

De et avec : Cédric Chapuis

Mise en scène : Mira Simova
Régie : Cilia Trocmée-Léger

Publicités

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s