Johanna_Boyé_c_N_Mazéas_1

Johanna Boyé : « Cela m’intéresse d’utiliser le théâtre comme outil d’échange, de partage, d’expérimentation. »

Deuxième passage de LE CAS DE LA FAMILLE COLEMAN à Avignon, à l’occasion du cinquantième OFF, et deuxième chance pour les Festivaliers de voir cette pièce souvent louée pour sa mise en scène. Entretien avec la récipiendaire de ces éloges, Johanna Boyé.

PLUSDEOFF.com : « LE CAS DE LA FAMILLE COLEMAN revient cet été à Avignon précédé de critiques flatteuses récoltées au fil de ses représentations, et d’un beau succès de fréquentation lors de l’édition précédente du OFF. Dans quel état d’esprit abordez-vous ce OFF tout proche ? »

Johanna Boyé : « Nous sommes très heureux de reprendre ce spectacle car c’est un vrai plaisir de le jouer tous les jours, de rencontrer le public, de participer à ce festival… Après une tournée et plusieurs prix (Prix jeune metteur en scène du Théâtre 13, Prix d’interprétation du Festival d’Anjou, Nomination coup de cœur de la presse Avignon OFF), nous sommes heureux de continuer le beau parcours de ce spectacle…
Le premier Avignon a été un très beau succès public, presse et professionnel, et un vrai bonheur…
Nous accueillons de nouveaux acteurs, ce qui nous permet de retravailler et de découvrir de nouvelles piste de travail. Aussi nous espérons que nous pourrons réitérer notre succès. Mais Avignon reste toujours un pari difficile pour une jeune compagnie et il y a une grosse pression financière. Aussi nous essayons de bien préparer en amont la production et le travail artistique, afin d’être le plus prêts possible pour ce long marathon… »

PLUSDEOFF.com : « Dans la note d’intention de LE CAS DE LA FAMILLE COLEMAN, vous évoquez une pièce qui a longtemps résonné en vous après sa lecture. Combien de temps s’est écoulé entre sa première lecture et l’aboutissement de sa mise en scène ? En quoi le texte de Claudio Tolcachir vous a-t-il interpellée ? »

Johanna Boyé : « J’ai découvert la pièce en 2008 à la suite d’un stage en Argentine. J’ai longtemps hésité à la monter car c’est une très grosse distribution, huit acteurs, ce qui est très compliqué en termes de production.
J’ai attendu le bon moment et c’est pour le concours du Théâtre 13 que je me suis décidée à la monter. Il y a donc cinq années entre sa première lecture et son aboutissement.
Ce texte m’a interpellé car il traite de la famille, des questions de filiation et de généalogie… Il évoque aussi le handicap et ce que cela implique au niveau familial.
La problématique de la pauvreté et de la misère sociale m’ont également intéressée. Mais cette histoire incroyable et le traitement humoristique de la pièce ont été les vrais moteurs du travail. »

PLUSDEOFF.com : « Dans quels compartiments du métier de metteur en scène prenez-vous le plus de plaisir ? »

Johanna Boyé : « Ce qui m’intéresse le plus dans la mise en scène, c’est la direction d’acteur et l’étape de création. »

PLUSDEOFF.com : « Quel est votre rapport à la scénographie dans LE CAS DE LA FAMILLE COLEMAN ? Quelle place y occupe l’esthétique  ? »

Johanna Boyé : « J’ai travaillé avec deux scénographes pour LE CAS DE LA FAMILLE COLEMAN. Nous devions trouver une esthétique cheap, faite de bric et de broc, et assez ringarde pour coller au plus près à l’univers de ces personnages. Inventer leur univers quotidien et délabré, pauvre, empreint de misère sociale… Je voulais que la maison se déchire et se scinde en deux avant l’hôpital… Comme si le drame intégrait leur espace de vie et cassait leur appartement. Le lit casse le mur et l’espace de la maison, et laisse place à l’espace froid et clinique de l’hôpital. »

PLUSDEOFF.com : « Parmi les personnes auprès desquelles vous êtes intervenue comme professeur de théâtre, on trouve notamment des jeunes de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et des enfants vivant dans un camp de réfugiés. Sur quels textes s’est concentré votre travail, et quels bénéfices ces jeunes ont-ils tirés de cette expérience ? »

Johanna Boyé : « En effet j’ai travaillé avec des publics dits difficiles. Cela m’intéresse aussi d’utiliser le théâtre comme outil d’échange, de partage, d’expérimentation.
Ce qui m’a importé à Ramallah, c’est de travailler autour du masque et du jeu masqué. Avec ces jeunes, nous avons donc travaillé avant tout sur le corps afin de dépasser la barrière de la langue et trouver un terrain d’expression universel… Chaque jeune a créé son propre masque et personnage.
Avec les jeunes de la PJJ j’ai travaillé autour du premier texte que j’ai écrit, LE CAFÉ DES JOURS HEUREUX, qui parle des personnes marginales et exclues de notre société.
J’ai utilisé ce texte comme un miroir et un moyen pour ces jeunes de transcender leur situation familiale, leurs difficultés sociales et personnelles. »

PLUSDEOFF.com : « En tant que spectatrice, quels sont vos goûts au théâtre ? »

Johanna Boyé : « Je vais énormément au théâtre. J’aime avant tout que l’on me raconte une histoire. Un théâtre dans lequel le corps a une place importante, un théâtre généreux… Je suis très touchée par les acteurs. J’aime également le théâtre qui utilise de nouvelles formes comme le théâtre d’objets, la marionnette, la musique et le chant. »

PLUSDEOFF.com : « Quels sont vos projets ? »

Johanna Boyé : « Mes projets pour la saison prochaine sont la mise en scène de LA TRAVIATA et de LA DAME DE CHEZ MAXIM’S de Georges Feydeau… Je travaille également sur l’adaptation d’un roman à la scène. »

—Propos recueillis par Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

au Théâtre du Roi René à 14h35

Festival OFF d’Avignon 2015

LE CAS DE LA FAMILLE COLEMAN

De : Claudio Tolcachir

Compagnie Les Sans Chapiteau Fixe
Avec : Anny Aubin, Guillemette Barioz, Arnaud Dupont, Sylvie Feit, Kamel Isker, Paul Jeanson, Elise Noiraud, Boris Ravaine, Julien Urrutia
Mise en scène : Johanna Boyé

Scénographie : Julie Benegmos et Anna Crosby

Costumes : Mélisande De Serres
Lumières : Cyril Manetta
Création musicale : Kévin Carro

Advertisements

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s