Dates du Festival d’Avignon OFF 2015: les organisateurs sondent les compagnies

Les organisateurs du Festival OFF d’Avignon utilisent une démarche originale sur le périlleux chemin menant à la détermination des dates de l’édition 2015 : depuis le 18 octobre est lancée une consultation auprès des compagnies, sur le blog du OFF. Le décryptage par PLUSDEOFF.com.

Les dates officielles du OFF 2015  : du 4 au 26 juillet ! 

En savoir plus

Le choix des dates du Festival OFF d’Avignon est sensible, et il est sujet à débat depuis de nombreuses années. Faut-il aligner les dates du OFF sur celles du IN, faut-il au contraire les déterminer en fonction des contraintes propres aux compagnies et aux théâtres du OFF ?

Revenons d’abord à l’édition 2014. Elle commençait le samedi 5 juillet, et s’achevait le dimanche 27 juillet, comprenant quatre week-end complets. Commencer le 5 juillet, c’était commencer les représentations dès le premier jour des vacances scolaires d’été, et donc proposer une parade le vendredi 4 juillet, dernier jour de l’école.

Pour avoir été présent à Avignon dès le 4 juillet (certains spectacles sont présentés la veille du début officiel), la première semaine m’a laissé comme impression visuelle qu’il y avait moins de monde dans les rues que lors des éditions précédentes. Mais ce constat, du moins l’impact qu’il aurait pu avoir sur l’affluence vers des spectacles qui par leur qualité méritaient d’en avoir, est en partie invalidé par le fait que lors de cette première semaine du OFF, plusieurs spectacles auxquels j’ai assisté étaient quasi-complets, voire complets : je citerai par exemple UN FIL À LA PATTE à l’Oulle le 5 juillet, LES CONTES D’HOFFMANN au Petit Louvre Templiers le 6 juillet, LES CAVALIERS au Théâtre Actuel le 7 juillet, 7… LOST IN LA MANCHA et QUATUOR VIOLENCE à la Manufacture le 9 juillet, et le même jour MÉMOIRES D’HADRIEN au Roi René et PROMENADE DE SANTÉ au Chêne Noir… Cela reste du domaine de l’impression, mais il semble qu’en ce début de OFF 2014, il y avait moins de spectateurs à se partager, et que des spectacles ont mieux tiré leur épingle du jeu, par la notoriété de la compagnie, ou de l’un des comédiens, ou du théâtre, et sans doute aussi par un bouche-à-oreille qui s’est effectué plus volontiers en leur faveur.

Il y a également plusieurs facteurs que l’on a tendance à oublier mais qui ont été déterminants lors du lancement du OFF 2014 : les conditions climatiques ont été exceptionnellement exécrables en première semaine pour un mois de juillet à Avignon, la Coupe du Monde de football battait son plein, et surtout les « grands » médias, qui ne se préoccupent qu’accidentellement de théâtre, ont réussi le tour de force d’inciter le grand public à penser que le OFF était, dans les mêmes proportions que le IN, touché par la grève des intermittents : combien de fois m’a-t-on dit : « Mais, tu vas tout de même au OFF, avec cette grève et les spectacles annulés ? » À raison de quatre ou cinq pièces par jour, je n’ai eu qu’une pièce annulée, et je l’ai vue deux jours après.

Voici pour les bémols qu’il faut mettre à une critique trop marquée d’un démarrage du OFF dès le premier week-end de juillet. J’ajouterai aussi qu’un démarrage tardif du OFF peut muer le problème d’un démarrage en douceur en celui d’une dernière semaine moribonde. Faire commencer le OFF le 10 juillet, pour une fin le 31 juillet ou même comme certains le proposent le 2 août, n’offre pas de garantie d’une fin en fanfare, d’après mes souvenirs de 2008.

Mais penchons-nous sur le débat lancé sur le blog du OFF, qui au moment d’écrire cet article comporte une trentaine de commentaires. Pour le moment, les partisans d’un OFF 2015 du 4 au 26 juillet (donc sur le modèle de 2014) sont moins nombreux que ceux d’un démarrage tardif. Parmi les arguments des partisans d’un démarrage au tout début de juillet, on note : « Il faut, en outre, ne pas (trop) être décalé, par rapport aux dates du IN. », ou encore « Après le 26 et sans le in les salles vont sonner creux et la fin du festival pourrait ressembler à une lente agonie. » On ne peut non plus laisser de côté les commentaires de Festivaliers venus se mêler au débat et qui soulignent que les habitués réservent dès la fin d’un OFF pour le OFF suivant : c’est une réalité, certains hôtels sont très rapidement complets pour le OFF suivant, et les organisateurs ne vont pas pouvoir facilement ignorer le fait que des spectateurs récurrents, fidèles —les si précieux habitués, qui font bonne presse au OFF autour d’eux— ont déjà des réservations pour 2015 calquées sur les dates de 2014 …

Passons aux partisans d’un démarrage plus tardif, le 8 ou encore le 10 juillet. On note les arguments suivants : « il est inutile de commencer la première semaine de juillet car les spectateurs n’arrivent que vers le 7 ou 8», ou : « Commencer le 7 permettrait de monter en puissance jusqu’au premier week-end, qui sera en réalité un grand pont englobant le 14 juillet », ou : « Le problème de commencer le 4 nous obligerait à être présent dès le 29 juin, ce qui est impossible pour beaucoup de monde et beaucoup de raisons », ou, à propos du démarrage le 4 cette année : « Cela a posé un réel problème pour l’installation de nombreux lieux qui prennent leurs quartiers dans des écoles (à commencer par le Village du Off). » On y distingue globalement deux arguments : la difficulté matérielle que pose un début précoce, et l’hypothèse selon laquelle une dernière semaine tardive vaut mieux en termes d’affluence qu’une première semaine précoce.

Si un point paraît faire l’objet d’un certain consensus, c’est celui de la durée : les compagnies s’accordent sur 21 ou 22 jours, attirant l’attention sur l’épuisement des troupes et la difficulté que poserait, au niveau des locations d’hébergement, un dépassement sur août. Une exigence apparaît parfois : celle d’englober quatre week-end.

Même si le nombre de commentaires répondant à cette consultation venait à sensiblement augmenter, on peut néanmoins s’interroger à propos de l’usage qui pourra en être fait : quel pourcentage des compagnies qui participeront effectivement au OFF 2015 va laisser un commentaire ? N’aurait-il pas fallu ouvrir la consultation au public (que l’on cherche à attirer par ce choix épineux des dates) ?

En outre, si les arguments des uns et des autres s’entendent tout à fait, aucune option ne garantit une affluence supérieure. Première semaine précoce ou dernière semaine tardive, les deux options ont déjà été essayées. Si aucune ne s’est imposée jusqu’ici, c’est sans doute que les faits n’ont jamais prouvé la supériorité d’une option sur l’autre…

— Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

Publicités

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s