paul_nguyen_theatre

Paul Nguyen : « Une ligne artistique qui questionne à la fois la place que tient le public dans une représentation et l’écriture contemporaine. »

Il est avec Nelson-Rafaell Madel l’un des deux comédiens de ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT, assurément l’une des meilleures pièces de la dernière édition du Festival OFF d’Avignon. Entretien avec Paul Nguyen.

PLUSDEOFF.com : « Quel bilan tirez-vous du dernier Festival OFF d’Avignon où vous avez joué dans ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT ? »

Paul Nguyen : « Le bilan fut très positif. Le bouche à oreille a fonctionné assez rapidement, et au bout d’une semaine, nous jouions devant une salle pleine qui ne s’est pas désemplie jusqu’à la fin du festival ! Mais cela partait d’un travail de longue haleine : Grâce à Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel, les deux très dynamiques directeurs du Monfort, nous avons eu la chance de pouvoir jouer dans ce théâtre pendant deux saisons, uniquement les lundis. La régularité de ce rendez-vous nous a permis de faire nos armes auprès d’un public assez varié, du scolaire au spectateur lambda. Les retours étaient très enthousiastes. Nous sommes donc arrivés en confiance au festival, ce qui est essentiel, quand on sait à quel point Avignon peut être une prise de risque !
En outre, nous avons eu la chance de jouer dans un lieu comme la Chapelle du Verbe Incarné, où les conditions d’accueil des compagnies sont assez optimum.
La grande appréhension que nous avions tenait surtout à la scénographie du spectacle qui a beaucoup évolué : nous l’avons effectivement créé en bifrontal, puis, au fur et à mesure de nos réflexions, le dispositif a évolué en quadrifrontal pour arriver finalement au frontal à la Chapelle du Verbe Incarné. Nous ne savions pas si cela fonctionnerait, et l’expérience nous a prouvé que oui. »

PLUSDEOFF.com : « Au début du projet, par quoi aviez-vous été séduit dans les intentions de mise en scène et de scénographie de Néry ? »

Paul Nguyen : « Quand nous avons décidé de nous lancer dans la création de ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT avec Nelson-Rafaell Madel, mon partenaire de jeu, nous venions de créer le collectif La Palmera.
À l’époque, nous travaillions sur des projets dont la réalisation était lointaine. Nous avons décidé de ne pas attendre de subventions ou de coproducteurs, et comme nous sortions d’une autre tragédie, HORACE de Corneille, sur laquelle nous nous sommes rencontrés, nous avons eu envie de continuer à explorer cette langue passionnante.
Notre réflexion partait alors d’un questionnement simple : comment rendre « accessible » un texte aussi puissant sans en trahir la portée ? Existe-t-il des ponts qui permettent au spectateur de ne pas être effrayé par la complexité et l’opacité du texte ?
L’idée était d’être deux sur le plateau, il n’était donc pas question d’aborder la pièce de façon classique. Nous avons décidé de faire appel à Néry, autre membre du collectif, pour nous accompagner dans ce travail. De par son parcours artistique éclectique et son inventivité, nous savions qu’il apporterait la liberté et le décalage nécessaire au projet.
C’est difficile de dire ce qui nous a plu dans les propositions de Néry, tant le travail est parti d’une réflexion commune. Nous avons commencé par improviser autour des situations de la pièce, en ayant toujours l’obsession de raconter l’histoire de la façon la plus claire possible. Nous avons commencé avec toutes sortes d’objets : masques, cônes en carton, tissus, puis les choses se sont petit à petit affinées.
Nous en sommes venus à travailler avec des matériaux de chantier (seaux, échelle) et peu à peu l’univers de la fête est apparu, grâce aux ballons et aux confettis. Des codes couleur nous ont permis de distinguer chaque personnage, et parallèlement, nous avons fini par écrire les improvisations qui fonctionnaient, et nous avons adapté le texte pour le resserrer autour de l’intrigue amoureuse. « 

PLUSDEOFF.com : « Quels registres de votre jeu avez-vous particulièrement travaillés pour cette pièce ? »

Paul Nguyen : « Au début du travail, nous avons été particulièrement attentifs à ce que le public comprenne chaque personnage, chaque enjeu et chaque situation.
Dans cette recherche d’accompagnement et de clarification, nous avons donc abordé des types de jeu très variés : comédie musicale, « soap opera » américain comme Dallas et même du flamenco. L’idée était d’étirer au maximum les limites de l’alexandrin, et voir jusqu’où le texte pouvait résister.
C’est une façon de familiariser le spectateur avec cette langue si riche, et de lui montrer que les situations que vivent ces personnages, tout fils de dieux et de déesses qu’ils soient, ne sont pas si éloignées que ça de son quotidien. C’est aussi l’origine de notre titre épique: ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT.
Petit à petit, nous entrons dans l’alexandrin pour ne plus en sortir. Les enjeux des personnages prennent le dessus, et les « guides » qui accompagnaient le public dans un premier temps incarnent littéralement les personnages. »

PLUSDEOFF.com : « Vous avez mis en scène LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD de Marivaux. La mise en scène est-elle une orientation que vous souhaitez donner à votre carrière théâtrale ? »

Paul Nguyen : « En 2012, sur une proposition de Virginie Bienaimé, directrice artistique du festival en plein air « la Scène au jardin » à Chantilly, j’ai mis en scène cette pièce de Marivaux, assisté du même Nelson-Rafaell Madel (tout se recoupe !). Je connaissais bien la pièce pour l’avoir travaillée plus jeune.
Le théâtre de Marivaux a sur moi un effet un peu similaire à celui de Racine : une langue complexe et puissante, des personnages magnifiques, des situations brillantes… avec cependant les mêmes interrogations : comment faire résonner aujourd’hui la force de ce propos ? Quels truchements pour y parvenir ?
À l’instar de ANDROMAQUE, nous nous sommes concentrés uniquement sur les personnages et sur leurs enjeux, intégrant le décor sublime du Potager des Princes à l’action de la pièce.
Ce qui m’a plu dans ce travail, et qui a été un vrai déclic, c’est le travail de recherche avec les acteurs : comment rendre clair ce qui ne l’est pas, comment raconter ensemble la même histoire, et comment trouver les rapports entre les personnages qui font qu’un texte devient vivant.
Après cette première expérience, je peux dire que c’est quelque chose qui m’intéresse grandement, et que je reproduirai sans nul doute. »

PLUSDEOFF.com : « Vous faites partie du Collectif La Palmera qui produit ORESTE AIME HERMIONE. Quels sont les projets du collectif, et notamment le collectif prévoit-il d’être présent au OFF 2015 après y avoir été présent en 2013 et 2014 ? »

Paul Nguyen : « Après le OFF, nous avons une tournée de ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT qui va débuter cette année, et devrait se prolonger en 2015-2016.
Pour notre prochaine création, nous sommes en réflexion sur les projets à venir. Nous avons beaucoup d’envies, beaucoup d’idées, et tout ce qui s’est passé dernièrement nous oriente vraiment sur une ligne artistique, qui questionne à la fois sur la place que tient le public dans une représentation et sur l’écriture contemporaine …
Il est encore trop tôt pour dire si nous serons présents dans le OFF 2015, mais qui sait ? En tout cas, si participation il y a, il faudrait que les conditions idéales soient réunies, comme elles le furent pour ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT cette année. « 

—Propos recueillis par Walter Géhin [ plus.redac@gmail.com ]

oreste_aime_hermione_qui_aime_avignon_off
Paul Nguyen et Nelson-Rafaell Madel – ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT – Collectif La Palmera
Publicités

Une réflexion sur “Paul Nguyen : « Une ligne artistique qui questionne à la fois la place que tient le public dans une représentation et l’écriture contemporaine. »

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s