florian_pautasso_theatre

Florian Pautasso : « Quatuor Violence s’est élaboré dans le plaisir et le foisonnement créatif. »

Après le Canadien Guillaume Corbel, l’Anglais Nick Gill, suite des interviews de jeunes auteurs dont les pièces, jouées lors du Festival OFF d’Avignon, ont été favorablement accueillies par la critique, avec l’auteur du remarqué QUATUOR VIOLENCE, Florian Pautasso. Né en 1990,  il intègre à 21 ans la Classe Libre du cours Florent, sous la direction de Jean-Pierre Garnier. Il fonde la compagnie des divins Animaux et met en scène ses propres textes, LE CORPS DE MARIE, CARNAVAL, SHOW FUNÈBRE À 7 VOIX, ou encore LA TOUR DE LA DÉFENSE de Copi.

PLUSDEOFF.com : « QUATUOR VIOLENCE parle de violence et pourtant fait rire le public à plusieurs reprises. Est-ce un effet inattendu ou bien un effet voulu ? »

Florian Pautasso : « Nous nous doutions que certains numéros allaient provoquer le rire, et quelque part nous l’espérions, QUATUOR VIOLENCE est au fond un spectacle « vivant », qui s’est élaboré dans le plaisir et le foisonnement créatif. Malgré cela j’ai voulu maintenir une rigueur dans la direction des acteurs : qu’ils soient toujours très clairs sur la nécessité intime qu’ils ont à dire tel texte, faire telle action, et qu’ils ne perdent jamais la conscience de la violence qu’ils sont en train d’évoquer. D’autre part, les acteurs ont tendance à induire un jugement dans leur jeu, à essayer d’influencer l’émotion des spectateurs. Vouloir le faire rire, l’émouvoir. J’ai débarrassé chaque numéro de cela. Le spectateur reçoit donc un spectacle brut, ambigu, et libre à chacun d’en rire ou d’en pleurer. Chaque spectateur est plutôt seul face à ce spectacle, seul avec sa sensibilité. Par exemple certaines personnes étaient dérangées que d’autres rient sur certains numéros de la pièce, eux ne trouvaient pas ça drôle du tout. C’est ça que je trouve beau. Le rire provoqué est un rire singulier et non un rire de masse, sans profondeur. »

PLUSDEOFF.com : « Lors de l’écriture collective de la pièce, vous êtes-vous fixé des limites sur les thèmes et les faits relatés, et avez-vous retiré certains passages ? »

Florian Pautasso : « Au début pas du tout, j’étais curieux de ce que les comédiens avaient à dire au sujet de leur rapport intime à la violence. Nous avons essayé énormément de choses en répétition, en musique, en improvisations, ou des propositions spontanées venant des comédiens. La sélection s’est faite naturellement et le spectacle s’est composé. Je n’avais peur d’aborder aucune thématique, ma réflexion et mes choix se situaient plutôt dans la manière de l’amener au plateau. Je me souviens d’un jour où les deux garçons avaient fait une proposition commune, ils avaient des collants sur la tête et le pantalon aux chevilles, et se faisaient manger mutuellement du wasabi tout en lisant 20 minutes, le journal du métro. A la fin, j’ai dit : « Merci les gars, on sait qu’il faut faire tout sauf ça !»
Quant à la constitution du spectacle, elle n’a quasiment pas bougé depuis sa création ! En revanche le spectacle s’est énormément affiné. »

PLUSDEOFF.com : « Imaginez-vous que QUATUOR VIOLENCE puisse être mis en scène d’une manière totalement différente, avec une lecture du texte qui s’éloigne de la vôtre ? »

Florian Pautasso : « Tout d’abord il n’y a pas de texte à proprement parler, le spectacle est constitué de matériaux réels et d’improvisations, certaines presque écrites, d’autres plus libres. C’est donc très compliqué de le figer sur le papier. De plus, le spectacle part de ce quatuor de comédiens là, de leurs propositions, et le charme du spectacle réside dans leurs quatre personnalités, leurs approximations, leurs imaginaires d’improvisation, etc. En revanche, il y a une réelle dramaturgie du spectacle, et ça, peut être qu’on pourrait l’écrire, et dans ce cas là, pourquoi pas le voir monté par d’autres ! »

PLUSDEOFF.com : « Quels auteurs de théâtre contemporain préférez-vous, et pourquoi ? »

Florian Pautasso : « Peu d’auteurs me séduisent aujourd’hui. Je trouve ça très difficile d’écrire pour le théâtre, encore plus quand ce sont des histoires. J’aime énormément le Grec Dimitris Dimitriadis, pour sa puissance, sa franchise d’écriture et sa profondeur. J’aime aussi le travail de Pommerat, la douceur et l’ambiguïté qu’il produit. Je m’en sens très proche. »

PLUSDEOFF.com : « Quels sont vos projets d’écriture et de mise en scène ? »

Florian Pautasso : « Je repars sur une écriture collective, qui sera sans doute très différente de QUATUOR VIOLENCE. Ça s’appelle FLIRT et c’est prévu pour la rentrée 2015 à Mains d’Oeuvres, en région parisienne. Quant à l’écriture, je travaille sur un seul en scène pour mai 2015 à la Loge (Paris), ainsi que sur un projet de roman un peu fou. « 

—Propos recueillis par Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

Advertisements

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s