oreste_aime_hermione_qui_aime_avignon_off

ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT… / m.e.s Néry

Le Collectif La Palmera présente ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT… à 16h30 à la Chapelle du Verbe Incarné lors du Festival OFF d’Avignon 2014. La critique.

Le titre est sans équivoque : il ne s’agit pas d’aborder Andromaque de Racine dans un respect glacé. Mais il ne s’agit pas non plus de tourner en ridicule la complexité de cette pièce, notamment au niveau du rapport entre les personnages.

Le but est tout autre : d’abord rendre abordable la pièce au non-initié en expliquant la situation de départ, ses enjeux dramatiques, en quelque sorte tenir la main du spectateur, puis justement lui lâcher la main, une fois qu’il est prêt, afin qu’il voit ce qu’est une pièce de Racine quand elle est —très bien— jouée.

Dans son entreprise pédagogique, la mise en scène de Néry est d’une habileté notable. Quant au dispositif scénique, réduit à quelques seaux remplis de confettis, des ballons gonflés et des balais, il confère à la partie introductive une parfaite limpidité. Chaque personnage principal est représenté par une couleur. Un seau par personnage, qui contient des confettis à sa couleur, et auquel est attaché un ballon,  reprenant la couleur du personnage, sur lequel est inscrit le nom dudit personnage.

Cet aspect très visuel est complété par une présentation du contexte historique de l’histoire :  la puissance de la Grèce, le cheval de Troie, tout y est, jusqu’à cet imbroglio amoureux que résume parfaitement le titre. Une présentation qui dédramatise la complexité situationnelle du texte de Racine.  Les scènes importantes alternent avec des digressions qui montrent que des créations plus récentes, et mieux connues du grand public, utilisent le même principe de chaîne amoureuse. La situation gagne encore en difficulté ? Fin de l’acte I, scène 2, le public est interpellé par un « Alors, qu’est-ce qu’on a compris ? » qui met tout le monde à l’aise.

Puis vient le moment où le spectateur, y compris le novice, est prêt pour le grand saut. Exit les seaux et leurs ballons et confettis (il ne reste qu’un tissu de couleur pour distinguer les personnages) et place au texte, sans digression vers d’autres horizons. Voilà, on y est, on est chez Racine qui déploie sa langue d’une rare puissance évocatrice, que l’on peut goûter parce que l’on ne s’est pas perdu en chemin.

Pour parvenir à un résultat convaincant, il faut des comédiens, et ils ne sont que deux pour réaliser cette intelligente mise en place / mise en action,  qui ont la capacité de jouer sur deux tableaux, l’un fort récréatif où il faut savoir faire rire de ce qui ne l’est pas de prime abord, l’autre dans un registre dramatique, où l’intensité dans le jeu est de mise. Nelson-Rafaell Madel et Paul Nguyen s’affirment en parfaits serviteurs du texte de Racine et de la mise en scène de Néry, faisant étalage des nuances de leur jeu et d’une plaisante interactivité avec le public.

Une mise en scène et une scénographie hardies et ingénieuses, une interprétation qui répond parfaitement aux exigences de la mise en scène, ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT… réduit au silence toutes les excuses que l’on pourrait formuler pour éviter de se frotter à un grand texte classique.

—Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

Crédit photo:  Collectif la Palmera
Advertisements

6 réflexions sur “ORESTE AIME HERMIONE QUI AIME PYRRHUS QUI AIME ANDROMAQUE QUI AIME HECTOR QUI EST MORT… / m.e.s Néry

  1. pièce découverte jeudi ( avril 2015 ) à Tallard. Surprise puis sourire puis rire : une escalade décoiffante vers l’apothéose : le drame qui attend son heure, celle où le spectateur est prêt voire demandeur de ce texte ardu ! Espoutoufflant, bluffant, grandiose ! Le classique n’a de classique que son nom avec ses deux acteurs fabuleux dans tous les registres della comedia et cette mise en scène tellement évidente finalement : rien sur scène, ou si peu, et pourtant rien ne manquait ! chapeau bas !

    1. Bonjour, et merci pour cet enthousiaste commentaire!
      Pour en savoir davantage sur le travail accompli pour obtenir un si beau résultat, je vous recommande la lecture des interviews du metteur en scène Néry et du comédien Paul Nguyen, dans la rubrique Les Interviews de PLUSDEOFF.com

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s