leonard_prain_comedien

Léonard Prain : « Quoi de mieux que de dénoncer par le rire ? »

La pièce DE QUOI PARLEZ-VOUS ? avait attiré les foules au théâtre Buffon l’année dernière. Bonne nouvelle, elle est à voir, ou revoir, lors du Festival OFF d’Avignon 2014, toujours au Buffon, à 18h00. Entretien avec Léonard Prain, comédien et directeur artistique de la compagnie C’est pas du jeu.

PLUSDEOFF: « Lors de l’édition précédente du OFF, votre Compagnie C’est pas du jeu a rencontré le succès à la fois auprès du public et de la critique, avec C’EST AU CINQUIÈME et DE QUOI PARLEZ-VOUS. Dans quel état d’esprit êtes-vous au moment d’aborder l’édition 2014 du OFF avec DE QUOI PARLEZ-VOUS ? »

de quoi parlez vousLéonard Prain: « En ce qui concerne la qualité du spectacle, je suis extrêmement confiant : on l’a créé il y a un an maintenant, il a eu le temps de mûrir et, en tant que comédien, je pense que je commence à bien cerner mes différents personnages et à trouver de vrais espaces de liberté dans le jeu. Maintenant je mets ma casquette de directeur artistique de la compagnie : l’année passée nous avons connu un franc succès avec ce spectacle. Il n’y a pas de raison que ça ne se passe pas de la même manière cette année. En revanche, j’ai une inquiétude sur les répercussions que pourrait avoir l’annulation du Festival In sur la fréquentation du Off : Je soutiens le mouvement des intermittents à 200%, mais c’est vrai qu’une baisse de fréquentation du festival pourrait en affecter plus d’un. Comme je l’ai dit, notre spectacle est de qualité, le théâtre Buffon a une très bonne réputation alors croisons les doigts et haut les cœurs ! »

PLUSDEOFF: « DE QUOI PARLEZ-VOUS se compose de cinq pièces courtes de Jean Tardieu. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ces textes ? »

Léonard Prain: « Absolument tout : la modernité des sujets abordés par Jean Tardieu (les difficultés de communication dans notre société, les différents niveaux de langage qui s’y côtoient, le jeu sur les mots), mais surtout le ton absurde et tellement drôle. Quoi de mieux que de dénoncer par le rire ? De plus, l’idée de monter cinq pièces courtes qui, je le rappelle au passage, sont mises en scène par Sophie Accard, a quelque chose de surexcitant : on est quatre, on joue dix-huit personnages qui ont chacun leur costume et leurs accessoires (je vous laisse imaginer l’état des coulisses à la fin de la représentation!), on fait de la magie, on change cinq fois les décors de place… C’est vraiment jouissif ! « 

PLUSDEOFF: « Quels aspects de votre jeu avez-vous particulièrement travaillés ? »

Léonard Prain: « Que ce soit dans C’EST AU 5ÈME !, notre premier spectacle, ou dans DE QUOI PARLEZ-VOUS ?, Sophie Accard joue sur les symétries dans les corps, sur la synchronisation de nos mouvements, de nos regards, voire même de nos paroles, un peu comme Dupont et Dupond chez Tintin. Tout est minutieusement répété : donc je dirais que la chorégraphie du corps était ce qu’il y avait de plus contraignant pour moi qui mesure un mètre quatre-vingt dix ! »

de quoi parlez vous leonard prain anais merienne
Léonard Prain et Anaïs Mérienne, dans DE QUOI PARLEZ-VOUS ? – crédit photo: Compagnie c’est pas du jeu

PLUSDEOFF: « Parmi les personnages que vous jouez, l’un a-t-il votre préférence au niveau du jeu, ou cela varie-t-il au fil des représentations ? »

Léonard Prain: « Il n’y a pas de règle : tout dépend du public ; d’un soir à l’autre il va être sensible à tel ou tel personnage… Allez, j’aurais peut-être un faible pour mon personnage dans la première scène où, pour séduire la femme, j’exécute des tours de magie : j’ai toujours trouvé que faire de la magie rendait beau ! »

PLUSDEOFF: « On dit souvent que le OFF est éprouvant pour les compagnies. Suivez-vous une préparation spéciale durant les semaines qui le précèdent ? »

Léonard Prain: « C’est la paperasse et les ultimes répétitions avant le grand départ qui constituent cette « préparation » : une fois sur place, on ne peut pas vraiment répéter car nous n’avons pas le temps : on tracte, on a chaud, on joue, on a chaud, on récupère et on a toujours chaud ! Après, en fonction de la réussite du spectacle, on lève le pied sur les parades dans la rue et on profite ! C’est certain, quand on jouera à la Manufacture des Abbesses à Montmartre en novembre et décembre, le rythme sera bien différent : et puis il fera plus frais ! »

PLUSDEOFF: « Dernière question: assistez-vous à d’autres spectacles durant le OFF, quels sont vos goûts en tant que spectateur ? » 

Léonard Prain: « Absolument: on va voir les copains ! On va voir ce que nous conseillent les copains. En moyenne, on assiste à sept ou huit spectacles dans le mois. Quand on passe sa journée à parler théâtre, à jouer et à dormir théâtre en pensant à la représentation du lendemain, on a parfois envie de penser à autre chose pour se ressourcer. Mais Avignon, c’est vrai, reste le plus beau festival de théâtre au monde ! »

Propos recueillis par Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

Publicités

3 réflexions sur “Léonard Prain : « Quoi de mieux que de dénoncer par le rire ? »

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s