ana_isoux_comedienne

Ana Isoux : « Avignon, pour les comédiens, c’est un marathon. »

Elle était un virevoltant Chérubin dans LE MARIAGE DE FIGARO (la critique) lors de l’édition précédente. Ana Isoux sera à l’affiche de L’ODYSSÉE (la critique) au Théâtre Notre-Dame durant le Festival OFF d’Avignon 2014. Entretien avec l’une des comédiennes à suivre en ce mois de juillet avignonnais.

PLUSDEOFF.com : « En 2003 vous obteniez les premiers prix de flûte à bec et musique de chambre de la ville de Paris. Pouvez-vous retracer les grandes lignes du parcours qui vous a menée vers le théâtre ? »

Ana Isoux : « En fait, j’ai étudié à la fois la flûte et le piano et c’est en tant que pianiste que j’ai fait mes premiers pas dans le monde du théâtre: j’accompagnais le spectacle INCONNU À CETTE ADRESSE, mis en scène par Luc Clémentin. À cette époque, j’étais d’une timidité presque maladive, et cette première expérience m’a inspiré le désir de la scène. J’ai alors commencé des études de chant lyrique, à la jonction entre musique et théâtre. Dans le même temps, je rencontrai Comédiens et Compagnie, qui étaient à la recherche d’une flûtiste, et c’est avec eux que j’ai découvert la Commedia dell’arte. Après quelques années à observer les comédiens depuis ma chaise de flûtiste, j’ai finalement osé faire un stage de commedia auprès de Jean-Hervé Appéré, notre metteur en scène, qui m’a progressivement fait confiance, jusqu’à Chérubin dans LE MARIAGE DE FIGARO, et aujourd’hui Pénélope dans L’ODYSSÉE, notre dernière création. »

PLUSDEOFF.com : « Pouvez-vous nous parler de votre rôle dans L’ODYSSÉE ? »

Ana Isoux : « Pénélope est un personnage tragique, bien loin du jeune Chérubin. Elle attend Ulysse depuis vingt ans, harcelée par des prétendants qui veulent sa main et surtout la fortune qui va avec…Elle n’a pas vu son fils depuis dix ans. C’est quelqu’un d’extrêmement seul, qui associe le fait d’aimer à celui de souffrir. La dureté qu’elle affiche, notamment envers les prétendants, est aussi celle qu’elle s’impose à elle-même: elle ne veut plus aimer, elle ne veut plus y croire. On dirait aujourd’hui: une sorte de « bipolaire” qui oscille entre l’envie de mort et l’euphorie d’un amour encore possible. Elle a bâti sa force sur son désespoir. Pour moi, Pénélope n’est pas la femme soumise éperdument amoureuse, qu’on veut nous faire croire, elle a choisi de rester seule et libre chez elle, en attendant le retour possible d’Ulysse… Mais sait-elle si elle l’aime encore? Après vingt ans? »

PLUSDEOFF.com : « Quels aspects de votre jeu avez-vous particulièrement travaillés pour interpréter ce rôle ? »

Ana Isoux : « Il a fallu doser l’énergie de jeu entre autorité et fragilité du personnage. Corporellement, j’ai beaucoup travaillé la posture, une épaule vers le haut et une autre vers le bas, pour traduire cette contradiction, et les statues grecques m’ont énormément aidée. Vocalement, il faut aussi tenir compte de cette « bipolarité » : son premier air est lent et dans le registre grave de la voix, tandis que son deuxième air, lors de la pendaison des servantes, demande des vocalises très rapides dans l’aigu. En dehors du personnage de Pénélope, je manipule les marionnettes des sirènes et de Circé, l’enchanteresse qui transforme les hommes en cochons. Ce travail de manipulation, que nous avons fait avec Lionel Ménard, reste pour moi une découverte extraordinaire. »

PLUSDEOFF.com : « Vous êtes maintenant une habituée du Festival OFF d’Avignon. Le fait de jouer dans le cadre du Festival a-t-il une saveur particulière pour vous ? »

Ana Isoux : « Avignon, pour les comédiens, c’est un marathon. On s’y prépare, psychologiquement, physiquement pendant deux mois avant. Pendant les trois semaines du festival, on n’arrête pas, les parades, les représentations, dans un joyeux bazar, où tout le monde parle à tout le monde, c’est une ambiance unique. »

PLUSDEOFF.com : « Pendant le Festival, assistez-vous à d’autres spectacles ? Quels sont vos goûts en tant que spectatrice ? »

Ana Isoux : « Bien sûr! On est aussi là pour ça. J’ai une attraction particulière pour les spectacles poétiques, magiques, les clowns, les marionnettes et bien-sûr les spectacles musicaux. Je suis souvent transportée par des mises en scène où on pourrait presque se passer de mots, parce qu’on touche à quelque chose d’universel. »

PLUSDEOFF.com : « Une dernière question, quels sont vos prochains projets ? »

Ana Isoux : « Comédiens et Compagnies, la troupe dont je fais partie, continue à tourner avec plusieurs spectacles et elle se lance dans une création d’ici deux ans. J’ai également à mon répertoire un récital lyrique avec le pianiste Bertrand Ravalard, articulé autour des problématiques du travestissement et du genre, qui, on le voit, ne datent pas d’hier. La folie et son traitement dans nos sociétés modernes est un thème qui m’intéresse et je travaille à l’écriture d’un projet. Mon rêve : un spectacle qui associerait marionnettes et chant lyrique. »

—Propos recueillis par Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

odyssee_appere_festival_avignon_off_2014
L’ODYSSÉE, par Comédiens et Compagnie, à 20h15 au Théâtre Notre-Dame d’Avignon
Advertisements

Une réflexion sur “Ana Isoux : « Avignon, pour les comédiens, c’est un marathon. »

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s