florence_alayrac

Florence Alayrac : « Partager notre formidable héritage musical de manière légère et accessible à tous. »

Les festivaliers qui ont eu la chance d’assister à COSI FAN TUTTE lors des dernières éditions ont déjà pu admirer son talent. La comédienne lyrique Florence Alayrac sera à l’affiche de LES CONTES D’HOFFMANN (la critique) dans ce Festival OFF d’Avignon 2014. Au fil de cet entretien, elle nous parle du OFF, des Contes d’Hoffmann et de mise en scène.

PLUSDEOFF.com : « Le OFF 2014 sera votre quatrième Festival après trois années de succès dans COSI FAN TUTTE. Cela a-t-il pour vous une saveur particulière de venir jouer au Festival OFF d’Avignon ? »

Florence Alayrac: « C’est une expérience extrêmement enrichissante à tous points de vue ; tout d’abord en terme de visibilité, évidemment, car nous avons l’occasion de jouer pour un public très éclectique, et que notre programmation pour les saisons à venir, organisée par Romain Coudène notre diffuseur, en dépend beaucoup, ensuite car les conditions extraordinaires et extrêmes renforcent notre endurance: tous les jours, sans relâche nous devons monter et démonter les décors en quinze minutes, chanter, jouer, puis parader afin de faire connaître notre spectacle au public avignonnais. Le fait de jouer « en série » permet aussi d’affiner beaucoup de choses dans le spectacle. D’autre part, c’est toujours un bonheur de se retrouver « en résidence » avec la compagnie, de vivre 24 heures sur 24 ensemble pendant tout ce temps, cela renforce nos liens. Enfin, il est très agréable de rencontrer des festivaliers assidus et fidèles, qui viennent nous revoir chaque année pour le plaisir ou pour faire découvrir notre univers à leurs proches. Et puis nous créons des liens, que ce soit avec le public ou bien d’autres compagnies : l’effervescence avignonnaise est magique et propice aux découvertes et aux rencontres. »

PLUSDEOFF.com : « Quel rôle jouez-vous dans LES CONTES D’HOFFMANN ? Qu’a-t-il d’intéressant pour vous en tant que comédienne lyrique ? »

Florence Alayrac: « Dans les Contes d’Hoffmann, il y a 29 personnages différents (silhouettes et rôles principaux confondus), et nous sommes 8 chanteurs dans la compagnie, à nous partager tous ces rôles, ce qui engendre de nombreux précipités (changements de costumes hyper rapides). Pour ma part, je joue La Muse, Nicholas (jeune étudiant et acolyte d’Hoffmann), un membre du jury et la mère d’Antonia. C’est formidable et délicat à la fois d’incarner tous ces personnages en 1h30: ils sont tous différents et bien que les costumes les individualisent, il est important de bien les démarquer dans le corps, l’attitude et la voix. Par exemple, au début de l’oeuvre, j’incarne la Muse qui se transforme en Nicholas pour se rapprocher subrepticement d’Hoffmann. Mais j’incarne le véritable Nicholas ensuite. Il me faut alors subtilement créer une différence dans le corps et la voix qui distingue le vrai Nicholas de la Muse qui en a pris son apparence… Quant aux deux autres personnages, outre les costumes, c’est la voix chantée qui fait la différence pour la mère d’Antonia et le corps et la voix pour le membre du jury qui est un personnage de commedia, masqué. On ne peut alors espérer meilleure palette de personnages à composer ! »

florence_alayrac_contes_hoffmann_Muse
LES CONTES D’HOFFMANN – Florence Alayrac dans le rôle de la Muse / crédit-photo: l’Envolée Lyrique

PLUSDEOFF.com : « LES CONTES D’HOFFMANN sont comme COSI FAN TUTTE mis en scène par Henri de Vasselot. Qu’appréciez-vous dans ses adaptations et mises en scène ? »

Florence Alayrac: « Henri souhaite rendre accessible l’opéra à un public qui n’a pas forcément envie de passer trois heures et demi dans un grand théâtre, en adaptant des oeuvres à un format plus actuel. Autrefois, les opéras duraient si longtemps notamment car il n’y avait pas de sous-titres. La voix lyrique n’est pas toujours des plus compréhensibles, c’est pourquoi dans les airs les chanteurs commentent un sentiment et répètent indéfiniment les mêmes phrases, que l’on finit par comprendre. Les récitatifs, moins lyriques, permettent de faire avancer l’action, mais c’est moins intéressant musicalement. Dans COSI FAN TUTTE, Henri a transformé les récits en dialogues français, et pendant les airs ou ensembles, son ingénieuse mise en scène permet de faire avancer l’action grâce à des chorégraphies, des combats ou tout simplement un véritable jeu d’acteur. L’opéra-bouffe des CONTES D’HOFFMANN est intégralement en Français, seulement c’est le propos qui est compliqué à comprendre, car il fait référence aux Contes du Baron Hoffmann que tout le monde connaissait par cœur à l’époque, comme pour nous les Contes de Grimm, Perrault ou Andersen, mais qui sont tombés dans l’oubli aujourd’hui. Le pitch de l’oeuvre, c’est qu’on se retrouve un soir dans le bar d’un théâtre où l’on joue Don Giovanni de Mozart. Hoffmann, conteur et alcoolique notoire raconte pendant l’entracte trois de ses contes. Grâce à la magie de la mise en scène, on évolue dans quatre univers différents : le bar du théâtre, la maison du professeur Spalanzani, chez le Luthier Krespel, et à Venise dans le cabaret du Signore Dapertutto. »

PLUSDEOFF.com : « Vous avez mis en scène LE NOZZE DI FIGARO de Mozart ou encore l’opérette LES TROIS GRÂCES. Avez-vous de nouveaux projets en tant que metteur en scène ? »

Florence Alayrac: « J’ai créé et mets en scène deux spectacles musicaux pour le Festival des Rencontres Lyriques de Montcléra, dont j’assure la direction artistique, qui aura lieu les 8 et 9 août prochains dans le Lot. Tous deux ont pour but de faire découvrir ou réentendre de magnifiques airs ou morceaux en évitant le côté conventionnel du récital, à travers une mise en scène. MUSES ET MUSICIENNES présente un après-midi passé entre Clara Schumann, Pauline Viardot et Maria Malibran, figures oubliées qui ont pourtant révélé et fréquenté les plus illustres artistes du XIXème siècle (Chopin, Musset, Sand, Berlioz, Rossini, Liszt, Tourgeniev, Delacroix, Dickens, Gounod, Fauré,…). CONCERTO POUR TROIX VOIX ET PIANO OPUS POSTHUME est une joute musicale imaginaire entre Bach, Mozart et Satie à propos de l’évolution de la musique. Il est important pour moi de partager notre formidable héritage musical de manière légère et accessible à tous. J’ai encore de nombreux projets à venir en tête ! »

PLUSDEOFF.com : « Dernière question, assistez-vous à d’autres spectacles au OFF, quels sont vos goûts en tant que spectatrice ? »

Florence Alayrac: « À Avignon, Il y a tellement de spectacles à voir qu’il est difficile de choisir, et notre rythme de vie nous impose aussi des moments de repos indispensables pour être au meilleur de notre forme tout au long du Festival. Je ne vais voir en moyenne qu’une petite dizaine de spectacles, souvent recommandés par des proches ou bien pour accompagner ou voir des amis. Évidemment je m’intéresse aux spectacles musicaux, mais le choix des genres est tellement varié que j’aime à voir des pièces classiques, des créations, du cirque ou du clown. Cette année j’irai revoir le formidable spectacle de Cédric Chapuis, UNE VIE SUR MESURE, qui se joue dans le même théâtre que nous, au Petit Louvre. Pour le reste, j’aviserai sur place ! »

—Propos recueillis par Walter Géhin, PLUSDEOFF.com

LES CONTES D'HOFFMANN - Le Petit Louvre/ Chapelle des Templiers - à 11h00, du 5 au 27 juillet.
Publicités

6 réflexions sur “Florence Alayrac : « Partager notre formidable héritage musical de manière légère et accessible à tous. »

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s