L’ECOLE DES FEMMES

La Compagnie des Comédiens de l’Olivier joue « L’école des femmes » au Théâtre de l’Ange à 10h00 dans l’édition 2013 du OFF d’Avignon. La critique.

ecole_des_femmes_offLa brillante génération des Robaudi et consorts, qui fit des étincelles en 2011 et 2012 à la Cour du Barouf, a passé la main. La Compagnie des Comédiens de l’Olivier est entièrement renouvelée, à l’exception de Sarah Chovelon qui est là comme pour une transmission de témoin. La barre avait été placée haut par des interprétations audacieuses de classiques de Molière, « Les femmes savantes » en 2011 et « Le malade imaginaire » en 2012. Ici il est toujours question de Molière, avec « L’école des femmes ».

La comparaison entre cette nouvelle génération et la précédente est cruelle. Dans une pièce ardue et l’étriquée salle du Théâtre de l’Ange, ces comédiens en herbe font certes du mieux possible. Les hésitations sont cependant nombreuses et la diction peu affirmée. À leur décharge, ils paraissent bien jeunes, plus jeunes que les Comédiens de l’Olivier de 2011/2012, et rapportée à leur âge leur performance est tout à fait honorable.

L’un de ces jeunes comédiens a toutefois été remarquable de bout en bout, même pas éclipsé par « l’ancienne » Sarah Chovelon très à l’aise ici. Il s’agit de Pacôme Perrotin, qui à moins de 18 ans se paie le luxe d’être brillant dans le rôle à tirades-fleuve d’Arnolphe. Une belle assurance qui donne envie de le revoir sur les planches du OFF lors des prochaines éditions, peut-être au sein d’une troupe plus aguerrie.

Advertisements

Votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s